Une église encore inédite dans le jeu avait été dévoilée dans une vidéo publiée par un utilisateur anonyme. Après plusieurs jours de spéculation, trois programmeurs, fans de NieR, ont admis avoir réalisé eux-mêmes ce niveau.

Après 96h de panique dans l’une des communautés les plus passionnées pour un jeu, la vérité a enfin été dévoilée sur l’église secrète de NieR Automata : c’est tout simplement un mod. Un live Twitch, diffusé dans la soirée du 29 juillet avec le fameux niveau mystère, s’est terminé par un remerciement de trois passionnés de programmations qui ont remercié les fans du titre pour leur engouement.

« Nous avons adoré toutes les discussions et théories – ce fut un voyage extraordinaire », peut-on lire dans une déclaration du trio. « C’est une source d’inspiration de voir la communauté se rassembler après tant d’années, cela a rendu tout ce dur labeur bien utile ».

Nier
Le texte de remerciement publié par les modeurs à la fin du live Twitch. Source : Reddit

Sans rancune

L’utilisateur Reddit nommé Sadfutago à l’origine de la rumeur qui a soulevé les fans a publié un lien twitch, durant lequel tout fut expliqué. Les modeurs ont créé la fameuse zone secrète à partir de nouveaux outils tournant sous le logiciel Blender.

En parcourant Reddit et Twitter, il semble que la majorité de la communauté ne soit pas contrariée d’avoir été trompée, mais plutôt impressionnée par le travail des programmeurs, capable de créer un niveau visuellement indistinct du jeu lui-même. Depuis que Sadfutago avait lâché sa petite bombe, certains pensaient que c’était Yoko Taro, le réalisateur de NieR, qui se cachait derrière le développement de ce niveau. D’autres estimaient déjà que c’est le travail d’un fan très talentueux. Des images avaient été dévoilées au fur et à mesure pour faire mousser la rumeur dans la communauté.

Il faut admettre que NieR Automata réserve de nombreuses surprises, avec 26 fins alternatives développées par les scénaristes. Les modeurs ont su faire réagir une communauté perturbée par tous ces mystères.