Disponible pour tout le monde depuis le 2 août après une phase d'expérimentation, la nouvelle carte nationale d'identité électronique (CNIe) a été remise à 862 000 personnes. Plus d'un million de titres ont été fabriqués.

La nouvelle carte nationale d’identité se diffuse petit à petit dans la population. Selon un point d’étape donné par le ministère de l’Intérieur au cours du Conseil des ministres du 15 septembre, 862 000 personnes ont d’ores et déjà pu récupérer la leur. Un nombre qui va rapidement augmenter, puisque l’Imprimerie nationale, qui est en charge de sa fabrication, en a produit plus d’un million.

Une carte d’identité au format CB et électronique

Cette nouvelle carte comporte essentiellement deux particularités.

  • D’abord, son format : elle épouse les dimensions standardisées des cartes bancaires, ce qui lui permet de se glisser plus facilement dans les emplacements d’un portefeuille.
  • Ensuite, sa conception : elle inclut un composant électronique qui contient des informations biométriques (une photo et deux empreintes digitales).

Cette carte nationale d’identité électronique, ou CNIe, a fait l’objet d’une attention toute particulière du fait de la présence de cette puce, qui stocke également des données à caractère personnel sur le ou la titulaire du titre. Elle a également fait l’objet de critiques compte tenu de son emploi de la biométrie, mais aussi des conditions de collecte et de stockage de ces éléments.

Un visuel montrant cette nouvelle carte. // Source : Ministère de l’Intérieur

Cette nouvelle carte d’identité est facultative, mais dans les faits elle devrait largement être adoptée, comme le passeport — dont la version distribuée depuis 2009 contient aussi une puce électronique. En principe, il n’est pas obligatoire de détenir une carte d’identité. Mais au quotidien, son absence peut compliquer de manière importante l’exécution de diverses démarches administratives.

Pour qui ne souhaite pas basculer immédiatement sur ce titre, il faut savoir que l’ancienne version reste recevable pendant encore cinq ans après la fin de la date de validité. En outre, son remplacement doit normalement être motivé soit par l’expiration prochaine du titre, soit parce qu’il a été perdu, volé ou dégradé. Il n’est pas requis de lancer son remplacement tant que ce n’est pas nécessaire.

La disponibilité de cette carte nationale d’identité s’est faite par étapes sur tout le territoire. Une première phase d’expérimentation a eu lieu dans l’Oise à la mi-mars, suivie par une succession d’élargissements à d’autres départements et régions, en métropole, mais aussi en outre-mer. Depuis le 2 août, les demandes de renouvellement sont ouvertes à toutes et tous.

Partager sur les réseaux sociaux