L'association UFC-Que Choisir porte plainte contre SFR pour des pratiques commerciales trompeuses avec sa marque à bas coût RED.

Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent, dit-on. Il y a toutefois des limites à ne pas franchir, surtout quand ces déclarations ont des répercussions contractuelles et commerciales. Or d’après l’UFC-Que Choisir, SFR est justement allé trop loin dans sa communication autour de RED, sa marque à bas coût. Aussi a-t-elle finalement décidé de porter plainte contre l’opérateur.

Une promesse de prix garanti

Le problème, développe l’association française de défense des consommateurs dans un communiqué du 11 mai, réside dans le décalage entre les affirmations de SFR et ses pratiques. Dans la bataille sans merci que se livrent les opérateurs pour garder leurs abonnés et en conquérir de nouveaux, l’entreprise au carré rouge mobilise fortement sa filiale «  low cost ».

«  Entre janvier 2018 et décembre 2019, SFR part à l’assaut du marché de la téléphonie mobile et sort le grand jeu. Les forfaits RED by SFR font l’objet d’un véritable matraquage publicitaire, la communication étant axée sur la promesse du maintien du prix du forfait sans limite de temps », expose l’UFC-Que Choisir. Or, de maintien, il n’y a eu aucun. Au bout d’un moment, des hausses ont été remarquées.

SFR a lancé une marque à bas coût pour concurrencer notamment Free Mobile, tout comme Orange avec Sosh.

Les augmentations dont il est question ne sont pas anecdotiques. Elles vont de 30 à 75 % du prix initial, pointe l’association. Même si ces inflations surviennent sur des tarifs qui sont déjà bas, et donc possiblement supportables, il n’en demeure pas moins qu’elles ne sont pas conformes avec les promesses du groupe de tarifs « garantis à vie » ou « sans condition de durée ».

L’UFC-Que Choisir voit dans ce décalage des pratiques commerciales trompeuses, et c’est sur ce créneau qu’elle lance son assaut devant le Tribunal judiciaire de Paris. « SFR a sciemment induit les consommateurs en erreur en faisant du maintien dans le temps du prix initial des forfaits RED by SFR l’argument massue pour convaincre les consommateurs de grossir les rangs de ses abonnés ».

Si l’UFC-Que Choisir passe aujourd’hui par la justice pour tenter d’obtenir non seulement la condamnation de l’opérateur, mais aussi l’indemnisation de la clientèle, l’association invite aussi les mobinautes à être beaucoup plus offensifs. En effet, les offres de RED ne sont pas engageantes : en clair, il est tout à fait possible de passer à la concurrence tout en gardant son numéro de téléphone.

Partager sur les réseaux sociaux