L'attestation dérogatoire de déplacement n'est plus obligatoire dans les transports d'Île-de-France à compter du mardi 16 juin.

Le 14 juin, le président de la République a annoncé beaucoup de choses en quelques minutes, il est resté assez vague sur les détails à courts ou moyens termes. Si elle a été levée pour la plupart des Françaises et des Français, la question de l’attestation n’était pas qu’un souvenir du confinement pour les Franciliens. Elle était en effet obligatoire pour se déplacer au moyen des transports en commun aux heures de grande affluence — le matin et le soir –, les jours ouvrés.

Emmanuel Macron a annoncé le passage de toute la France en zone verte, à l’exception de Mayotte et de la Guyane, ce qui permet à l’Île-de-France de retrouver une activité plutôt normale. Valérie Pécresse a demandé au préfet de lever les restrictions de déplacement dans les transports dès le 16 juin 2020, ce qui a été accepté, d’après un communiqué de la préfecture.

Aleix Cortés

Dès le 16 juin, deux règles sont donc à retenir pour les bus, métro, RER, transiliens et tramways :

  • L’attestation de déplacement n’est plus obligatoire
  • Le port du masque est toujours obligatoire.

« Le préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, Michel Cadot, en appelle à la responsabilité collective afin d’éviter tout risque de nouveau départ de l’épidémie  », peut-on lire, avant un rappel demandant aux employeurs de toujours favoriser le télétravail quand il est possible. Le montant de la contravention en cas de non-port du masque est aussi précisé : il s’élève à 135 €.

Après l’abandon de la limite des 100 km pour les déplacements en voiture, la mobilité partout en France revient petit à petit à la normalité. L’Île-de-France, l’un des départements les plus touchés par la pandémie de coronavirus, était le dernier en France métropolitaine à restreindre les déplacements de ses habitants, par mesure de sécurité.

Partager sur les réseaux sociaux