YggTorrent est inaccessible depuis cette nuit avec son adresse principale. Le site de liens a basculé sur une adresse de secours, mais ne peut pas rediriger les internautes, ayant perdu le contrôle de son ancienne URL.

Bien connu des internautes français adeptes du piratage, YggTorrent s’avère inaccessible depuis cette nuit avec son adresse principale. Inutile néanmoins de tenter de  mettre à jour ses réglages DNS, il ne s’agit pas d’un blocage du site par les fournisseurs d’accès à Internet. En fait, le portail de liens BitTorrent a tout simplement perdu la maîtrise de son nom de domaine.

Dans un message publié sur Twitter dans la nuit du 4 au 5 février, le site a annoncé que son nom de domaine en « .ws » (il s’agit du domaine national de premier niveau attribué aux îles Samoa) « a été désactivé par notre registrar » pour une raison indéterminée, mais qui pourrait bien être lié à une procédure d’infraction au droit d’auteur, au regard de ce que fournit quotidiennement YggTorrent aux internautes.

Sur une capture d’écran partagée sur Twitter, on apprend que le bureau d’enregistrement se nomme Tucows et qu’il est basé au Canada. Dans une page dédiée aux signalements d’abus, le registraire détaille sa politique en matière d’infraction au droit d’auteur. On y lit que « Tucows fera sa part pour remédier à toute violation du droit d’auteur […] commise sur un domaine Tucows ».

Tucows YggTorrent
La suspension du nom de domaine, comme l’a constaté YggTorrent.

L’entreprise précise que s’il « répond à toutes les demandes », via un formulaire dédié, il prévient n’avoir « aucun contrôle sur le contenu des sites web des domaines Tucows ». Dans ce cas, «  les questions relatives au contenu doivent être adressées au fournisseur d’hébergement ». En principe, Tucows déclare s’interdire de suspendre des noms de domaine en raison des contenus figurant sur des sites web.

Tucows précise néanmoins qu’il existe deux circonstances dans lesquelles il peut aller à l’encontre de cette règle. La première porte sur l’existence d’une procédure judiciaire régulière, la seconde concerne des circonstances d’urgence, qualifiées « d’extrêmement  rares » par le registre. Contacté par Numerama, Tucows n’a pas encore donné suite à nos demandes de précisions sur le cas YggTorrent.

Bascule sur une autre adresse

En attendant, le site de liens BitTorrent ne s’est pas laissé démonter. Une bascule vers un nouveau de domaine a eu lieu, avec l’extension « .se ». Il s’agit du domaine national de premier niveau attribué à la Suède. Le portail est effectivement fonctionnel à cette adresse, mais aucune direction automatique des internautes depuis celui en « .we » n’est possible, faute d’en avoir le contrôle.

Les autres adresses alternatives (« .pe », « .ch », « .gg » et « .to ») redirigent toutes sur le nom de domaine principal. C’est aussi le cas de celle terminant en « .is », mais sa situation est particulière : elle est annoncée comme étant bloquée par certains opérateurs. Un blocage tout relatif dans la mesure où une modification des DNS du fournisseur d’accès à Internet permet de rétablir la connexion au site.

Il reste maintenant à savoir combien de temps YggTorrent pourra profiter de son nouveau point de chute. Le domaine en « .se » n’est pas nécessairement un havre de paix pour les sites accusés d’enfreindre la propriété intellectuelle. Le célèbre portail The Pirate Bay, qui a longtemps profité de cette extension, a fini par en perdre la propriété en mai 2015, après une action conduite par les autorités.

Partager sur les réseaux sociaux