Emmanuel Macron a proposé Thierry Breton pour un poste à la Commission européenne, le 24 octobre. Mais le même jour, des modifications sur la page Wikipédia de l'intéressé ont beaucoup fait parler d'elle. La piste d'une manipulation a notamment été évoquée. Qu'en est-il réellement ?

Y a-t-il eu une volonté de taire les activités professionnelles passées de Thierry Breton sur Wikipédia, le jour où son nom a été proposé par Emmanuel Macron pour la future Commission européenne ? C’est l’interrogation qui a agité plusieurs internautes sur les réseaux sociaux dans la journée du 24 octobre, notamment après les remarques d’un journaliste du Figaro.

Thierry_Breton_2011
Thierry Breton, en 2011. // Source : Marc Bertrand

Celui-ci s’étonnait en effet de la disparition des fonctions privées de Thierry Breton, tôt dans la matinée. Alors qu’à 8h30 Wikipédia renseignait encore ses activités chez Atos, l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT), France Télécom et Thomson, seules ses fonctions politiques étaient mentionnées vers 9h : conseiller régional, ministre et (futur ?) commissaire européen.

Bataille sur l’infobox

En fait, c’est au niveau de l’« infobox » — l’encart latéral qui résume succinctement les informations essentielles sur un sujet — que les retraits ont eu lieu. Cette table de données contient par exemple, dans le cas d’une personnalité politique, des éléments de biographie (date et lieu de naissance, nationalité, parti politique, diplômes, profession, religion, etc.) et les grandes lignes de son parcours professionnel.

L’article lui-même n’a pas été modifié avec la volonté de cacher ce que Thierry Breton a fait dans le privé. Sa carrière de dirigeant d’entreprise a ainsi été systématiquement indiquée tout au long de la matinée, y compris dans l’introduction, qui est la partie que voit d’abord l’internaute. Une suppression de ces informations aurait entraîné un changement radical de la page et aurait été à coup sûr repérée et, bien sûr, annulée.

Les seuls changements qui ont été opérés dans la matinée du 24 octobre visaient à compléter la biographie de Thierry Breton (en ajoutant par exemple une section dédiée à sa candidature au poste de Commissaire européen en 2019), à placer des liens internes (pour que les internautes puissent atteindre d’autres pages Wikipédia), à intégrer des sources, et à faire quelques retouches et corrections.

Il est vrai en revanche qu’à partir de 13h42, une mini-guerre d’édition a eu lieu à propos de cette fameuse infobox.

Les infobox sont des encarts situés à droite des articles.

Un banal conflit sur Wikipédia

On pourrait penser qu’il s’agissait d’un mystérieux internaute, seulement identifié par une énigmatique adresse IP, ce qui est souvent le signe d’une tentative de vandalisme, voulant mettre en sourdine le passé de Thierry Breton, au moins temporairement. En effet, un possible conflit d’intérêts entoure sa nomination, entre ses missions passées dans le numérique et son futur portefeuille, qui va couvrir ce domaine.

La réalité est moins spectaculaire. Outre le fait que le conflit a mêlé deux internautes ayant un compte sur Wikipédia, ce qui désamorce un peu plus l’hypothèse complotiste, le souci portait en fait sur ce qu’il est pertinent ou non de renseigner dans l’infobox : faut-il y mettre la carrière dans le privé ? Cette infobox est-elle le bon réceptacle pour ces informations ? Faut-il en prévoir une autre ?

Tout est parti d’une incompréhension  : Wikisud82, le pseudonyme de l’internaute qui a procédé à la modification à 9h (celle qui a abouti au retrait, dans l’infobox, de la carrière de Thierry Breton dans le privé), n’avait pas précisé ses raisons. Sur Wikipédia, il est possible d’expliquer chaque changement, ce qui permet d’aider les autres bénévoles à comprendre les intentions de tel ou tel. C’est pour cela que Klorydryk, l’autre internaute, l’a annulée, en précisant faire cela parce qu’elle n’était pas justifiée.

« Cette infobox est faite pour afficher les mandats et fonctions politiques »

Riposte 20 minutes plus tard de Wikisud82, qui a alors annulé à son tour l’annulation de Klorydryk, cette fois en arguant que « cette infobox est faite pour afficher les mandats et fonctions politiques. Les postes de chef d’entreprise doivent apparaître dans une infobox Biographie2. De plus, les dates sont imprécises et l’infobox mal remplie ». Explication qui n’a pas convaincu Klorydryk, estimant qu’il s’agisait de vandalisme.

La solution ? Deux infobox

Alors qu’entretemps d’autres internautes continuaient de retoucher la page Wikipédia pour en améliorer le contenu, Wikisud82 est revenu à la charge à 15h40, mais avec une solution intermédiaire : « Création de l’Infobox Biographie2 avec toutes les fonctions de Breton et déplacement de l’infobox politique plus complète dans ses fonctions politiques dans la partie qui parle de son parcours politique sur la page ».

Une modification qui a visiblement satisfait Klorydryk, puisque celui-ci n’est, en date du 25 octobre, plus intervenu sur la page.

Hormis quelques autres éditions survenues depuis, et anecdotiques, la page Wikipédia de Thierry Breton contient désormais deux infobox. La première, en haut de l’article, se focalise sur ses mandats politiques, ses activités professionnelles dans le privé et sa biographie, sans entrer dans les détails. La seconde revient sur son parcours politique et sert à préciser ce qu’il n’a pas été possible de mettre dans la première.

En définitive, tout est rentré dans l’ordre après les nécessaires explications des uns et des autres et, surtout, la trouvaille d’une solution intermédiaire qui mobilise plusieurs infobox (il faut savoir qu’il en existe des tas, pour tous les cas de figure rencontrés sur Wikipédia). La page, d’ailleurs, n’a pas eu besoin d’être protégée ou semi-protégée, ce qui arrive parfois quand une personnalité se trouve au cœur de l’actualité.

« Magouille »

Il convient de noter qu’il y a tous les jours des désaccords d’édition sur Wikipédia et la très grande majorité d’entre eux ne fait aucun bruit. La plupart du temps, une issue finit par se dégager. Il est vrai que ce conflit en particulier a reçu une attention inhabituelle, du fait du tweet du journaliste (à l’heure où nous écrivons ces lignes, son message a reçu plus d’un millier de « likes » et a été relayé plus de 800 fois).

Ce dernier, qui avait relevé la suppression initiale, n’a manifestement pas eu vent de la suite de cette mini-guerre d’édition, puisqu’il n’en a plus reparlé après 14h30. Hélas, dans les réponses sous sa série de tweets, plusieurs internautes ont réagi en tenant acquise la piste de la manipulation, évoquant pêle-mêle la « magouille », « l’État totalitariste », « des petits arrangements » et d’autres sous-entendus du même acabit.

D’autres intervenants ont quant à eux cherché à rappeler comment fonctionne Wikipédia ainsi que ses infobox. C’est le cas d’ailleurs d’un autre journaliste du Figaro, collègue du premier, ou de Rémi Mathis, qui a autrefois présidé Wikimédia France ainsi que son conseil scientifique. Il n’est toutefois pas certain que ces efforts ni que cet article parviennent à nuancer l’opinion déjà bien arrêtée de plusieurs commentateurs.

Chaque page a pourtant un historique de l’ensemble des modifications passées, ce qui permet de voir quels ont été les changements, ajouts et suppressions d’une page, qui en est à l’origine et pour quels motifs — s’ils sont renseignés. La page de Thierry Breton ne déroge pas à cette règle : tout peut être consulté et vérifié, ce qui est très pratique pour combattre de vraies manipulations.

En somme, cette histoire illustre d’une certaine façon le principe d’asymétrie des idioties, ou loi de Brandolini. Celui-ci énonce que « la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d’un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire ». D’un simple tweet de quelques caractères, sur lequel s’est agrégé toutes sortes de rumeurs et de préjugés, il a fallu une bonne partie de la matinée et plus de 1 200 mots pour tirer les choses au clair.

Partager sur les réseaux sociaux