Mounir Mahjoubi jette l'éponge : il rallie la campagne du député Cédric Villani pour les élections municipales de Paris.

Mounir Mahjoubi renonce à la mairie de Paris. Dans une interview donnée au Parisien ce mercredi 3 juillet, celui qui a occupé pendant près de deux ans le poste se secrétaire d’État au Numérique a annoncé qu’il jetait l’éponge. Il n’abandonne pas pour autant la campagne pour la ville : simplement, il se mobilisera pour un autre candidat, le député Cédric Villani, qui est en lice depuis octobre 2018.

L’annonce du ralliement de Mounir Mahjoubi a été immédiatement saluée par Cédric Villani sur Twitter, chacun déclarant d’ailleurs se retrouver dans les valeurs et la vision de l’autre. Ce qui n’est pas précisé en revanche, c’est le rôle qu’aura Mounir Mahjoubi dans la campagne du parlementaire — ni quel poste il pourrait avoir en cas de succès aux élections municipales.

Mounir Mahjoubi avait choisi de renoncer à son portefeuille ministériel pour se lancer dans la campagne électorale parisienne. À ce poste, il a été remplacé par Cédric O début avril 2019. Avant de rejoindre le gouvernement d’Édouard Philippe, Mounir Mahjoubi avait en charge la campagne numérique d’Emmanuel Macron, fonction qui a nécessité sa démission de la présidence du Conseil national du numérique.

cedric-villani
Cédric Villani. // Source : Bret Hartman

Pas de grande proposition sur le numérique

Ce qui est également incertain, c’est le devenir de certaines propositions avancées par Mounir Mahjoubi durant la campagne. En matière de numérique, l’intéressé avait fait glissé parmi ses propositions une mesure phare et controversée consistant à faire appel à des drones policiers qui pourraient se rendre sur les lieux d’un incident très rapidement, en attendant que des forces de l’ordre arrivent.

« J’envisage de déployer des drones de protection équipés de caméras, qui se rendront très rapidement sur les lieux signalés. Il y en aura un par quartier, soit 240 drones. Ils seront pilotés par des agents spécialement formés », suggérait celui qui a parfois été décrit comme le geek du gouvernement. Mais, ajoutait-il, ces drones « ne feront pas des rondes dans le quartier comme dans les romans de science-fiction ».

Le site de campagne de Cédric Villani ne fait pas sienne cette idée — il ne livre d’ailleurs pas le programme qu’entend appliquer l’élu s’il succède à Anne Hidalgo. On lit néanmoins au fil des interviews que l’intéressé met l’accent sur des sujets liés à la qualité de vie qui reflètent les enjeux classiques de toute campagne électorale (logements, propreté, insécurité, environnement, transports).

Partager sur les réseaux sociaux