Des opérateurs en Australie et en Nouvelle-Zélande ont bloqué plusieurs sites qui hébergeaient la vidéo du tueur de Christchurch. Cela, sans décision judiciaire ou administrative.

La manœuvre est rare et spectaculaire, mais elle reflète la gravité des évènements terribles qui se sont déroulés au mois de mars à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Confrontés à la propagation de la vidéo macabre tournée en direct par le tireur, qui a été pensée pour être la plus virale possible sur le net, les opérateurs locaux ont pris la décision de bloquer provisoirement l’accès à certains sites web.

La mesure prise par les fournisseurs d’accès à Internet en Nouvelle-Zélande et en Australie (pays d’où vient le tueur) a visé des dizaines de sites, rapporte Ars Technica. Parmi eux, on trouve le site de partage de vidéos LiveLeak, les plateformes 4chan, 8chan, qui sont parfois décrits dans les médias comme les poubelles du web, Voat (un espace communautaire misogyne) et le blog ZeroHedge.

4Chan
L’accueil de 4Chan.

Le blocage n’a visé que des sites dont il a été établi qu’ils hébergeaient la vidéo du tueur ou ses extraits. Depuis, l’accès à certains sites a été rétabli après quelques heures. C’est le cas par exemple de 4chan, rapporte l’Australian Associated Press.

La décision prise par les principaux fournisseurs d’accès à Internet est toutefois déjà en train de faire polémique en Océanie, dans la mesure où elle a été prise en dehors de tout cadre judiciaire ou administratif. Ce sont les opérateurs qui ont choisi d’agir eux-mêmes, sans atteindre des instructions venant des autorités, indique l’Australian Financial Review.

Un blocage controversé

Surtout, cette vague de blocage, même temporaire, vient de créer de fait un précédent. Désormais, au prochain drame du même ordre qui frappera la Nouvelle-Zélande, l’Australie ou n’importe quel autre pays dans le monde, on demandera aux opérateurs pourquoi, cette fois-là, ils n’ont pas jugé utile d’empêcher la diffusion de tel ou tel contenu sans attendre une décision de justice ou une instruction administrative.

En outre, la stratégie suivie est également discutable : pour empêcher la diffusion des vidéos litigieuses, les opérateurs n’ont pas ciblé spécifiquement les pages sur lesquelles elles se trouvaient : ils ont bloqué purement et simplement la totalité du domaine. Cela a donc entraîné un surblocage des internautes, notamment celles et ceux qui voulaient accéder à du contenu légitime sur les sites visés.

« Il s’agit d’un cas extrême qui, à notre avis, nécessite une réponse extraordinaire »

À ces critiques, Telstra, l’un des opérateurs impliqués dans cette vaste opération a réagi avec la déclaration suivante : « Nous comprenons que cela peut gêner certains utilisateurs légitimes de ces sites, mais il s’agit de circonstances extrêmes et nous pensons que c’est la bonne chose à faire. » Idem pour Vodafone : « Il s’agit d’un cas extrême qui, à notre avis, nécessite une réponse extraordinaire. »

Pour sa part, le lobby Communications Alliance, qui défend les intérêts des opérateurs en Australie, a expliqué qu’il a fallu composer entre deux exigences contradictoires : « Ces FAI ont cherché à équilibrer les attentes du public pour supprimer l’accès à la vidéo avec la nécessité de minimiser tout inconvénient pouvant découler du blocage du contenu légitime comme une conséquence inévitable et temporaire. »

reseau-network
Santiago Cabezas

Même son de cloche en Nouvelle-Zélande. « Il s’agit d’une mesure sans précédent de la part de l’industrie des télécommunications, mais tous s’entendent pour dire qu’elle est nécessaire », admet Geoff Thorn, directeur général du New Zealand Telecommunications Forum, cité par CIO. « L’industrie travaille ensemble pour s’assurer que ce contenu nuisible ne soit pas vu par les Néo-Zélandais. »

Et s’il y a effectivement un risque que certains sites dont le contenu est légitime aient pu être mis sur une liste noire par erreur, Geoff Thorn a assuré que cela sera corrigé dès que possible.

Quid des réseaux sociaux ?

D’aucuns pourraient faire remarquer que les fournisseurs d’accès à Internet n’ont pas appliqué leur politique à Facebook, YouTube ou encore Twitter, alors qu’il est établi que les vidéos ont aussi circulé sur leurs serveurs. Est-ce un effet deux poids deux mesures que les FAI n’ont pas assumé ? En réalité, ces sites ont fait leur possible pour retirer les vidéos, malgré les inévitables trous dans la raquette.

À titre d’exemple, Facebook a supprimé 1,5 million de vidéos de l’attaque en l’espace de 24 heures. 1,2 million d’autres ont été bloquées avant même d’avoir pu être publiées sur le site. YouTube a également retiré des dizaines de milliers de vidéos et procédé à la fermeture de centaines de comptes faisant l’éloge de l’assaillant. Twitter a fait de même, sans toutefois donner de chiffres.

facebook live
Le logo de Facebook Live.

Les sites qui ont été bloqués, eux, n’ont pas montré la même diligence, à en croire les FAI. Le cas de LiveLeak a toutefois été mis en avant, celui-ci ayant été bloqué par les FAI alors qu’il avait fait le ménage sur sa plateforme pour retirer les copies qui étaient mises en ligne. Manifestement, seuls les plus gros opérateurs se sont coordonnés : les FAI plus modestes, eux, n’ont pas participé à cette opération.

En France, aucune mesure de blocage sans aucun cadre judiciaire ou administratif n’a été remontée. Les sites mis en cause en Océanie sont librement accessibles dans l’Hexagone. En revanche, il est convient d’avoir en tête que la diffusion de la vidéo est répréhensible sur le plan pénal. Plusieurs dispositions, renforcées au fil des ans, existent dans la loi pour dissuader sa propagation.

À lire sur Numerama : Attentat de Christchurch  : comment Facebook et YouTube ont tenté de stopper la diffusion de la vidéo

Partager sur les réseaux sociaux