Une pétition a été lancée pour demander aux géants de la tech d'inclure le drapeau de la Bretagne dans la liste des emojis.

L’identité bretonne va-t-elle bientôt apparaître dans les emojis, ces émoticônes en couleur et relativement détaillées représentant toutes sortes  de choses ? C’est en tout cas l’objectif d’une pétition, nommée #emojibzh, qui vise à demander aux grands acteurs de la high-tech (Google, Facebook, Microsoft, IBM, Apple, Samsung, Twitter) de proposer le drapeau noir et blanc de la région, le Gwenn ha du.

Pour justifier leur démarche, les signataires font remarquer que le code du drapeau breton existe déjà — il n’y a plus qu’à le prendre en compte. En outre, plusieurs drapeaux régionaux représentant des territoires infranationaux existent déjà : c’est le cas des nations qui forment le Royaume-Uni (Angleterre, Écosse, Pays de Galles), d’un État fédéré américain (Texas) ou même du comté de Maryland, au Liberia.

Pétition bzh emoji
Le site de la pétition

En France aussi, certaines régions disposent de visuels : la Martinique, les Terres australes et antarctiques françaises ou encore Saint-Pierre-et-Miquelon. La pétition recense douze territoires français ayant accès depuis 2016 à leur emoji.

La Bretagne, dont les habitants et les amoureux se font un malin plaisir à brandir le drapeau n’importe où, même dans des lieux totalement improbables (il a été aperçu lors du match de foot entre le Brésil et le Costa Rica !), ne peut donc pas rester plus longtemps à la traîne. Question de fierté pour une région à l’identité culturelle forte et surtout qui est plus peuplée que d’autres lieux cités précédemment.

« Les plateformes peuvent déjà encoder le drapeau si elles le souhaitent »

« Les plateformes peuvent déjà encoder le drapeau si elles le souhaitent. Si elles attendent la recommandation d’Unicode, elles font cependant régulièrement des exceptions (le drapeau du Texas est par exemple disponible sur WhatsApp) », continuent les signataires, dont la pétition a pour le moment recueilli un peu plus de 1 000 soutiens. L’objectif est au moins d’atteindre le cap des 20 000.

Demande auprès d’Unicode

Le code de la Bretagne est déjà pris en compte par le consortium Unicode, qui s’occupe notamment d’ajouter de nouveaux caractères, dont les emojis. Il est mentionné à la ligne « Brittany », et est lié aux départements Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine et Morbihan avec leur code associé : « fr22 », « fr29 », « fr35 » et « fr56 ». Une requête d’un sous-comité a été déposée le 19 octobre 2017.

Elle fait suite à une demande datée du 19 juin.

« Cette proposition consiste à ajouter un drapeau emoji pour le Gwenn ha du, ou blanc et noir, le drapeau de la Bretagne, une région autrefois autonome connue sous le nom de Breizh dans la langue maternelle et de Bretagne en français. Bien que la Bretagne fasse maintenant partie de la France, la population locale est ethniquement séparée de la population française et la région demeure d’une grande importance culturelle pour les Celtes et la diaspora bretonne », est-il avancé.

Dans la requête sont avancés plusieurs arguments en faveur de son intégration, dont la fréquence d’usage attendue, la diversité d’emploi (soutenir une équipe, pour du tourisme, pour vanter un produit local, signifier l’origine d’une personne…), mais aussi la compatibilité avec le système emoji, son caractère distinct pour ne pas le confondre avec un autre drapeau, la demande insistante pour sa prise en compte, ou encore le fait que la population concernée est relativement importante.

bretagne drapeau
CC BY Groume

.BZH

La Bretagne dispose déjà sur le net d’éléments distinctifs.

Il existe par exemple un domaine de premier niveau générique d’Internet consacré à la région, .bzh, et qui est géré par une association portant le même nom. Il a été validé en 2013 par la société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) et un accord a été signé le printemps suivant pour que les premiers domaines voient le jour en juin 2014.

Dans un autre registre, on peut aussi signaler l’existence d’un réglage dans Facebook qui permet de basculer la langue en breton. Une opération plus symbolique qu’autre chose, car le nombre de locuteurs parlant le breton est infime, notamment en France. Selon des chiffres datant de 2013, moins de 200 000 personnes parlent le breton et l’essentiel de ce contingent est composé de personnes âgées.

Partager sur les réseaux sociaux