s'abonner
Publié le

6 ans après son arrestation, Kim Dotcom attaque la Nouvelle-Zélande en justice

Ajouter à vos signets
1 min
kimdotcommrpresident.jpg
Ajouter à vos signets
1 min
Le fondateur de MegaUpload réclame 6,8 milliards de dollars à la Nouvelle-Zélande, estimant que le pays l’a arrêté sur de mauvaises bases légales en 2012.

Kim Dotcom, le fondateur du site de téléchargement MegaUpload, poursuit la Nouvelle-Zélande en justice et lui réclame 6,8 milliards de dollars. Selon des documents que la BBC s’est procurés, la somme demandée devrait couvrir ce qu’il estime avoir perdu avec la fermeture de son entreprise, les « opportunités d’affaires » manquées depuis et le coût de son procès, notamment. Kim Dotcom possédait 68 % des parts de MegaUpload lors de sa fermeture en 2012.

megauploadtometoday.jpg

La plainte s’appuie sur la « négligence » dont la Nouvelle-Zélande aurait fait preuve, selon lui, au cours de son arrestation puis pendant la procédure d’extradition vers les États-Unis. Il estime notamment qu’une atteinte au droit d’auteur ne suffisait pas à justifier une procédure d’extradition. « Selon la loi sur le droit d’auteur néo-zélandaise, la violation de droit d’auteur en ligne n’est pas un crime », a affirmé Kim Dotcom à la BBC.

Un anniversaire et un mariage

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Kim Dotcom a le sens du timing. La plainte a été déposée le 20 janvier, soit six ans exactement après son arrestation spectaculaire par les autorités néo-zélandaises, qui avaient atterri en hélicoptère dans son jardin. Et Dotcom a annoncé dans la foulée de sa plainte… qu’il se mariait.

Le fondateur de MegaUpload et six complices sont poursuivis aux États-Unis pour racket, blanchiment d’argent et trois chefs de contrefaçon, en bande organisée. Ils risquent donc au total autour de 60 ans de prison.

MegaUpload s’était spécialisé dans l’hébergement de fichiers à distance, et était notamment utilisé par les internautes pour s’échanger des fichiers illégalement. Le site était fréquenté par plus de 50 millions de visiteurs par jour, et comptait 4 % du trafic mondial. Selon l’accusation, les sites du réseau Mega (MegaUpload, MegaVideo…) auraient provoqué la perte de plus d’un demi-milliard de dollars à l’industrie du divertissement.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !

Fonction Numerama+

Bénéficiez de nombreux avantages en devenant adhérent·e Numerama+

  • Suppression des publicités
  • Accès au mode Zen
  • Accès à la newsletter exclusive “Toujours Plus”
  • Et plus encore
Découvrir Numerama+ Déjà abonné ? Connectez-vous
Préférences utilisateur
Réglages

Mes préférences Numerama+

Découvrir Numerama+