6 ans après son arrestation, Kim Dotcom attaque la Nouvelle-Zélande en justice

  • Accueil
  • Société
  • 6 ans après son arrestation, Kim Dotcom attaque la Nouvelle-Zélande en justice

Le fondateur de MegaUpload réclame 6,8 milliards de dollars à la Nouvelle-Zélande, estimant que le pays l'a arrêté sur de mauvaises bases légales en 2012.

Kim Dotcom, le fondateur du site de téléchargement MegaUpload, poursuit la Nouvelle-Zélande en justice et lui réclame 6,8 milliards de dollars. Selon des documents que la BBC s’est procurés, la somme demandée devrait couvrir ce qu’il estime avoir perdu avec la fermeture de son entreprise, les « opportunités d’affaires » manquées depuis et le coût de son procès, notamment. Kim Dotcom possédait 68 % des parts de MegaUpload lors de sa fermeture en 2012.

La plainte s’appuie sur la « négligence » dont la Nouvelle-Zélande aurait fait preuve, selon lui, au cours de son arrestation puis pendant la procédure d’extradition vers les États-Unis. Il estime notamment qu’une atteinte au droit d’auteur ne suffisait pas à justifier une procédure d’extradition. « Selon la loi sur le droit d’auteur néo-zélandaise, la violation de droit d’auteur en ligne n’est pas un crime », a affirmé Kim Dotcom à la BBC.

Un anniversaire et un mariage

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Kim Dotcom a le sens du timing. La plainte a été déposée le 20 janvier, soit six ans exactement après son arrestation spectaculaire par les autorités néo-zélandaises, qui avaient atterri en hélicoptère dans son jardin. Et Dotcom a annoncé dans la foulée de sa plainte… qu’il se mariait.

Le fondateur de MegaUpload et six complices sont poursuivis aux États-Unis pour racket, blanchiment d’argent et trois chefs de contrefaçon, en bande organisée. Ils risquent donc au total autour de 60 ans de prison.

MegaUpload s’était spécialisé dans l’hébergement de fichiers à distance, et était notamment utilisé par les internautes pour s’échanger des fichiers illégalement. Le site était fréquenté par plus de 50 millions de visiteurs par jour, et comptait 4 % du trafic mondial. Selon l’accusation, les sites du réseau Mega (MegaUpload, MegaVideo…) auraient provoqué la perte de plus d’un demi-milliard de dollars à l’industrie du divertissement.

Partager sur les réseaux sociaux

Vous aimerez peut-être

Commentaires

6 ans après son arrestation, Kim Dotcom attaque la Nouvelle-Zélande en justice

2 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
asmodee88
asmodee88
24 janvier 2018 9 h 34 min

6,8 milliard de dollars perdu pour Kim mais seulement 0.5 pour les industries ? C’est moi ou leur business model et pourave?

VieuxGrincheux
VieuxGrincheux
16 avril 2018 14 h 46 min

On le sait depuis 2012, les néo-zélandais ont fait de la police à la manière des All Blacks. Efficace, certes. Mais pas que. Certains policiers avaient déjà admis en Juin 2012 que des irrégularités avient été commises dans la procédure. Cela dit, ils agissaient en application d’un mandat international. Et si vraiment la nouvelle-zélande ne lui plaît pas, ils peuvent aussi bien le confier au FBI. DE parfaits fonctionnaires qui respecteront à la lettre, une procédure au terme de laquelle il aura tout le temps de réfléchir à ce que ça lui a coûté. Il joue un jeu dangereux. De plus, ce n’est pas un crime, certes, mais c’est bien un délit même aux antipodes. Le litige peut éventuellement porter sur une mise de son téléphone sur écoute, qui n’avait pas été autorisée, mais rien de plus.

En cours (2 min) : 6 ans après son arrestation, Kim Dotcom attaque la Nouvelle-Zélande en justice