La pornographie ne sera pas interdite en Europe. Même si elle a été adoptée mardi, la résolution du Parlement Européen sur la lutte contre les stéréotypes a été amputée de sa partie qui demandait aux états membres de mettre en application une interdiction de la pornographie dans tous les médias, y compris sur Internet.

Tout est bien qui finit bien pour les amateurs de YouPorn. Ce mardi en milieu de journée, le Parlement Européen a adopté la résolution sur l'élimination des stéréotypes liés au genre, mais en adoptant des amendements qui ont supprimé l'interdiction de la pornographie présente dans le texte originel. La résolution, amputée également d'une disposition qui aurait confié des pouvoirs de police aux acteurs privés, a été adoptée par 368 voix contre 159.

Le texte de la résolution présentée par la rapporteure Kartika Tamara Liotard demandait aux Etats membres de l'Union Européenne de "prendre des mesures concrètes à la suite de la résolution du Parlement européen du 16 septembre 1997 sur la discrimination de la femme dans la publicité, qui réclamait l'interdiction de toutes les formes de pornographie dans les médias". Elle étendait explicitement cette obligation à internet, en proposant "une charte à laquelle tous les opérateurs de l'internet seraient invités à adhérer".

Outre la pornographie sur Internet, le texte demandait aussi une régulation des jeux vidéo où il existerait "une tendance croissante, en partie à des fins commerciales, à présenter des femmes en tenue provocante dans des positions à connotation sexuelle".

La semaine dernière, suite à la médiatisation du contenu de la résolution, de très nombreux Européens avaient décidé d'écrire aux eurodéputés pour leur demander de rejeter le texte. En réaction, pour satisfaire les élus fâchés de voir leur boîte mail inondée de messages, les services du Parlement avaient décidé de filtrer ces e-mails et de les considérer comme du spam.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.