Pointé du doigt par les ONG, Foxconn a reconnu avoir employé sporadiquement des jeunes de moins de 16 ans. Mais l'entreprise taïwanaise affirme que les cas relevés par les ONG ont été causés par des erreurs de recrutement. Foxconn assure avoir renvoyé ces jeunes à l'école.

C'est un aveu inattendu, mais sans doute inévitable tant les preuves et les témoignages s'accumulaient contre Foxconn. Dans un communiqué publié lundi, le géant taïwanais spécialisé dans la conception de produits électroniques a reconnu que certaines de ses usines situées en Chine ont fait travailler des mineurs de moins de 16 ans, c'est-à-dire sous l'âge minimum fixé par la législation chinoise.

Combien de jeunes sont concernés ? Foxconn n'en précise pas le nombre. L'entreprise évoque simplement un "petit nombre" de cas sur les quelques 1,2 million d'employés du groupe. Par ailleurs, la société laisse entendre que le rôle de ces employés dans l'activité de l'entreprise était assez limité. Ces derniers sont en effet présentés comme simples "stagiaires". En outre, ils n'auraient travaillé qu'au cours de l'été.

Pas question pour autant que Foxconn porte seul le chapeau dans cette affaire. L'entreprise chinoise pointe ainsi la responsabilité des écoles chinoises, qui lui envoient régulièrement des jeunes pour y effectuer des stages. Or si l'entreprise reconnaît qu'elle aurait dû mieux contrôler leur identité, les établissements scolaires auraient aussi pu écarter ceux n'ayant pas encore 16 ans.

Premier fabricant mondial de matériel informatique, Foxconn mobilise ses chaînes d'assemblage pour de très grandes entreprises high-tech. Peu désireux de perdre des clients aussi prestigieux qu'Apple, Samsung ou Microsoft, qui se montrent publiquement très sensibles au sort des personnes employées par leurs sous-traitants, le manufacturier taïwanais se devait de laver son image.

Mais si le coup de projecteur sur les usines chinoises de Foxconn a poussé l'industriel asiatique à mettre de l'ordre dans sa main d’œuvre, combien d'autres entreprises basées en Chine violent la législation en matière de travail des mineurs ? De nombreux rapports montrent que le travail des enfants en Chine est beaucoup plus développé qu'il n'y paraît.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !