Quatre ans après sa fermeture, MegaUpload reste une cible des ayants droit : le site est toujours signalé à Google.

C’est le 19 janvier 2012 que MegaUpload a cessé de fonctionner, sans crier gare, peu après un raid de la police et l’arrestation de plusieurs responsables du site spécialisé dans l’hébergement de fichiers en un clic. Depuis cette date, la plateforme n’a jamais refait surface et les fichiers qui se trouvent encore sur les serveurs qui étaient loués par le service sont considérés comme définitivement perdus.

MegaUpload reste encore visé

Pourtant, c’est à se demander si cette information est parvenue aux oreilles de tout le monde. En effet, les liens de MegaUpload qui étaient utilisés par les internautes pour partager des contenus — principalement des œuvres piratées — continuent toujours de faire l’objet de demandes de déréférencement alors que le site est complètement inopérant depuis plus de quatre ans.

C’est ce que révèlent nos confrères de Torrentfreak, qui ont repéré ces réclamations en décembre, janvier et mars. Celles-ci portent sur le film The Big Short : Le Casse du siècle, une scène de Marisa Vitali dans la série Bored to Death et un livre de médecine sur la chirurgie et l’oncologie au niveau de la tête et du cou. Seule bizarrerie : la présence de The Big Short dans cette liste.

The Big Short

Steve Carell et Ryan Gosling dans The Big Short.

En effet, ce long-métrage est sorti au cinéma en fin d’année dernière. Or, cette date ne colle pas du tout avec celle marquant la disparition de MegaUpload. La demande de retrait a été faite au nom de Paramount, qui est la société de distribution, ce qui a priori écarte la piste d’une demande de retrait visant le livre qui a donné naissance au film, et dont la publication remonte au printemps 2010.

La piste du faux positif

Seule explication vraisemblable : il s’agit d’un faux positif. En effet, lors de la fermeture de MegaUpload, Paramount n’avait pas encore acquis les droits de The Big Short. Ce n’est qu’un an plus tard que le studio a la possibilité de porter cette histoire sur grand écran. Le film n’était ni tourné ni même en cours de production. Il n’y avait pas besoin de surveiller MegaUpload, qui avait disparu à ce moment-là.

Les notifications qui sont adressées à Google au nom de la législation américaine du DMCA sont effectuées par des entreprises spécialisées qui utilisent des systèmes automatisés, ce qui veut dire qu’il n’y a pas de contrôle manuel de ce qui est envoyé à la firme de Mountain View. Les erreurs ne sont d’ailleurs pas rares, mais heureusement ne vont jamais au-delà de la gentille gaffe.

megauploadtometoday.jpg

MegaUpload

Selon toute vraisemblance, le faux positif vient très certainement d’un souci dans le réglage des systèmes d’analyse des liens qui parcourent la toile à la recherche de toutes les adresses pouvant mener à du contenu protégé par le droit d’auteur.

Il est toutefois assez étonnant de voir encore ce type de souci avec MegaUpload. Le site a disparu il y a maintenant plus de quatre ans et l’info n’est pas passée inaperçue à l’époque, au regard de l’importante couverture médiatique sur cet évènement.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.