Utiliser le domaine de premier niveau de l’Afghanistan pour un site dédié aux personnes queers était audacieux. Jusqu’à ce que les talibans reprennent le pouvoir.

Vous l’ignorez peut-être, mais des domaines de premier niveau (c’est-à-dire les extensions qui terminent les noms de domaine, comme le .com pour le site numerama.com) sont parfois très prisés, parce qu’ils peuvent refléter subtilement ce que vous allez trouver sur un site web. Ils peuvent aussi servir à des jeux de mots ou même des gags.

Par exemple, le domaine national de premier niveau réservé aux Tuvalu (.tv) est régulièrement utilisé pour pointer vers des sites en lien avec la vidéo. Pensez au site américain Twitch.tv. On peut aussi prendre l’exemple de l’extension .ai, attribuée à l’île d’Anguilla, très prisée avec l’essor de l’intelligence artificielle. Pensez aux Français de Mistral.AI.

Le site queer.af, tel qu'il apparaissait le 23 avril 2023 (capture retrouvée sur Internet Archive). // Source : Capture d'écran
Le site queer.af, tel qu’il apparaissait le 23 avril 2023 (capture retrouvée sur Internet Archive). // Source : Capture d’écran

C’était aussi dans cette optique que le domaine queer.af avait été acquis. L’idée ? Faire un jeu de mots en anglais avec le domaine national de premier niveau de l’Afghanistan (.af), afin que l’URL puisse se lire « queer as fuck », une phrase argotique qu’on peut traduire comme « complètement queer » ou « grave queer ».

Problème : l’Afghanistan est repassé sous le contrôle des talibans depuis 2021. Kaboul — la capitale — a été reprise durant une offensive éclair et les forces internationales ont évacué le pays. Depuis, le pays est administré par ces fondamentalistes religieux, exactement comme il y a 20 ans, lorsqu’ils avaient été chassés par les Américains.

Le site queer.af saute sur décision des Talibans

Or, la nouvelle gouvernance afghane n’a visiblement pas apprécié les buts poursuivis par le site queer.af. L’URL pointait vers une instance Mastodon se définissant comme « un espace queer cosy […] pour celles et ceux qui sont queer ou queer-adjacent et qui souhaitent une expérience plus agréable des médias sociaux ».

En matière d’identité de genre et sexuelle, les personnes queers désignent des individus dont l’orientation sexuelle ou l’identité de genre n’est pas alignée sur l’hétérosexualité. Cela peut désigner des lesbiennes, ou bien des homosexuels ou personnes trans. Or, les talibans sont connus pour s’en prendre aux minorités LGBT.

C’est dans ce contexte que le site 404 Media rapporte dans son édition du 12 février 2024 la neutralisation du nom de domaine queer.af — pénalisant du même coup l’instance Mastodon qui en bénéficiait. Le domaine queer.af était actif depuis l’été 2018. Internet Archive, qui mémorise le web, a commencé dès août à prendre des captures du site.

Erin Shepherd, qui administrait le site, a partagé sur son espace personnel le 12 février le contenu d’un mail indiquant la suspension du domaine. Il y est dit que « queer.af a été suspendu » et « que tous les services liés à ce domaine, tels que les sites web ou les adresses électroniques, cesseront de fonctionner sous peu ».

Source : Capture d'écran
Source : Capture d’écran

Le mail, signé du ministère afghan des communications et de l’informatique, invite Erin Shepherd à se tourner vers son bureau d’enregistrement pour toute question. Il s’avère qu’il s’agit de Gandi, une entreprise française spécialisée dans les noms de domaine, et basée à Paris. Et, en creux, on devine que queer.af est invité à se trouver une autre URL.

L’extension .af est recensée sur le site de Gandi, mais la page contient aussi des avertissements « au vu de l’évolution de la situation en Afghanistan ». Il est indiqué que :

  • Enregistrement et Transfert : Gandi n’accepte plus de nouveaux enregistrements ni de transferts entrants de noms de domaine en .af.
  • Renouvellement : les renouvellements de noms de domaine en .af déjà enregistrés chez Gandi ne sont plus possibles.
  • Restauration : les restaurations ne sont plus possibles, la seule solution est d’attendre que le domaine redevienne disponible et de l’enregistrer à nouveau chez un autre registrar.

Ironie de la situation ? Erin Shepherd a confié à 404 Media son intention de ne pas renouveler ce nom de domaine. La page devait se tourner courant avril 2024. La nouvelle direction talibane a visiblement décidé de précipiter les choses, deux mois avant l’échéance. Selon Erin Shepherd, d’autres sites en .af enregistrés via Gandi ont aussi été touchés.

Reste maintenant une interrogation, à laquelle Erin Shepherd a tenu aussi à répondre, dans une autre publication. Pourquoi avoir enregistré une adresse LGBT avec le domaine national afghan ? N’était-ce pas tendre le bâton pour se faire battre ? On pouvait imaginer que des religieux intégristes rejettent le mouvement queer.

Au revoir, c’était amusant tant que ça a duré

Erin Shepherd

« Oui, nous étions conscients de la possibilité d’une suspension dès le départ. Oui, nous étions conscients que les circonstances politiques pouvaient changer. Mais faire un pied de nez aux autocrates conservateurs comme forme de protestation, même mineure, est amusant », écrit Erin Shepherd.

« Cela fait un an que je signale à mes lecteurs la fin probable de queer.af. Nous savions que la fin approchait, mais nous nous attendions à ce qu’elle prenne un peu plus de temps », poursuit-elle. « En fin de compte, presque tout le monde a migré avec succès » et « nous en avons tous tiré une histoire amusante. Au revoir, c’était amusant tant que ça a duré. »

L’histoire ne dit pas si queer.af rebondira ailleurs, avec un autre domaine, et si Erin Shepherd entend refaire un gag avec l’URL. En la matière, les options ne manquent pas : queer.me (pour s’affirmer), queer.us (pour faire bloc), queer.ly (pour faire un adverbe) ou queer.gg (pour faire un équivalent du slogan bravo les lesbiennes).


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !