Alors que la Chine a renoncé à Green Dam, un logiciel de sécurité et de censure obligatoire devant officiellement bloquer les contenus pornographiques et violents, les autorités chinoises ont décidé hier de suspendre plusieurs services du moteur de recherche, trop enclins selon eux à laisser passer du contenu pornographique.

Les relations qu’entretient la Chine avec Internet sont décidément compliquées. En effet, depuis quelques semaines maintenant, l’Empire du Milieu a fait de la lutte contre la pornographie et de la vulgarité son nouveau cheval de bataille. Plusieurs lois assez contraignantes ont été votées et récemment encore, la Chine envisageait l’installation obligatoire d’un logiciel de sécurité et de censure, Green Dam, pour lutter encore plus efficacement contre les dérives du réseau.

Toutefois, après avoir renoncé à Green Dam, accusé de censurer un peu trop largement (comme la secte Falun Gong, les sites communautaires pour homosexuels ou encore les images de porcs… que le système confondait avec corps nus), la Chine a changé de fusil d’épaule en accusant Google de permettre l’introduction de matériel à caractère pornographique. Si l’on en croit les autorités, est reproché à Google Chine de ne pas avoir mis les filtres adéquats permettant d’effectuer les blocages nécessaires.

Après avoir vérifié les délations des internautes, le Centre de dénonciation des informations illégales et malsaines sur Internet (China Internet Illegal Information Reporting Center, CIIRC) a déclaré récemment que le site Internet Google Chine diffusait un grand nombre d’informations pornographiques et obscènes, violant les lois et les règlements concernés et nuisant aux intérêts publics.

Le très officiel Centre de dénonciation des informations illégales et malsaines sur Internet considère donc que ce manquement est une grave violation de « la décision sur le maintien de la sécurité d’Internet du comité permanent de l’Assemblée populaire nationale de Chine« . Ces propos sont pour le moins étonnant, car Google Chine avait été l’un des premiers à suivre les directives gouvernementales concernant Internet. Si vous n’êtes pas sur Google Chine, en tapant Tien’anmen, vous obtenez ce genre de résultats. Si vous êtes sur la version chinoise de Google, vous verrez ça. Qu’on se le dise, cela n’aurait pas été possible sans la complicité de Google.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !