Le studio en charge de développer Beyond Good and Evil 2 connait des difficultés, selon plusieurs témoins. Burn-outs à répétition, départ du directeur du studio, retard dans le développement du jeu : certains employés parlent d’une ambiance délétère.

Un directeur absent depuis le début de l’année 2023, plusieurs burn-outs et des visites de la part de l’Inspection du Travail : à Ubisoft Montpellier, les problèmes s’accumuleraient, selon les observations de plusieurs médias, dont Kotaku.

Le studio occitan est au cœur de nombreuses polémiques ces derniers mois, entre le retard qu’a pris la production du jeu Beyond Good and Evil 2 et les rumeurs concernant des conditions de travail anxiogènes. Selon France Bleu, qui a publié un article sur le sujet le 7 mars 2023, il serait même question de « management toxique ».

Des burn-outs et de nombreux départs

Dans les bureaux, les employés hésiteraient à se confier, par peur des représailles, selon France Bleu. Les 400 collaborateurs du site auraient appris par surprise et par visioconférence que le directeur du studio, Guillaume Carmona, avait quitté ses fonctions. Il n’a pas été précisé s’il s’agissait d’un départ volontaire ou d’un licenciement, mais ce dernier aurait été absent des bureaux depuis le début de l’année.

Ce n’est pas la première fois que la direction du studio est épinglée pour de mauvais comportements. En septembre 2020, quelques mois après les premières révélations concernant le harcèlement sexiste et sexuel au sein d’Ubisoft, le studio de Montpellier était à son tour pointé du doigt. Une enquête de Libération révélait le « côté obscur » de la production de Beyond Good and Evil 2 et dénonçait tout particulièrement l’attitude de Michel Ancel. Ces méthodes de travail et des commentaires dégradants envers certains employés auraient « traumatisé » certains travailleurs.

La bande annonce de Beyond Good and Evil 2 // Source : Ubisoft / YouTube
La bande annonce de Beyond Good and Evil 2 // Source : Ubisoft / YouTube

Depuis son départ, les choses n’auraient cependant que peu changé. France Bleu raconte que « plusieurs développeurs auraient été victimes de burn-outs ces derniers mois » à cause de la production de Beyond Good and Evil 2. Le jeu, extrêmement ambitieux et vaste, accumule les retards : 14 ans après son annonce, il n’a toujours pas de date de sortie officielle, et les équipes auraient dû plusieurs fois changer intégralement des séquences. Une production éprouvante : « En deux ans, ce serait 50 à 60 personnes qui auraient démissionné », relate France Bleu.

La situation dans le studio aurait poussé la direction du travail à commencer en décembre 2022 une enquête sur « les conditions de travail dans le service en charge du développement de ce jeu ». France Bleu précise que « des questionnaires ont été distribués », et des psychologues interrogeraient les salariés.

Ubisoft, contacté par Numerama, a déclaré que « la santé et le bien-être de nos équipes sont une priorité de tous les instants. Compte tenu de la longueur du cycle de développement de Beyond Good and Evil 2, l’équipe de développement de Montpellier participe à une étude sur leur bien-être conduite par l’intermédiaire d’un organisme externe. Il s’agit d’une mesure de prévention afin d’évaluer l’éventuelle nécessité d’un soutien supplémentaire. »


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.