Un média d’investigation révèle l’activité d’une famille russe installée en Belgique, avec à la tête un patriarche formé par le renseignement. L’entreprise envoie des lots de matériels électroniques à l’industrie de défense en Russie depuis deux ans grâce à une société écran.

Ce n’est pas un secret, la Russie continue à produire des armes, notamment grâce aux arrivées de composants occidentaux. Un vaste circuit clandestin a été mis en place pour contourner les sanctions occidentales et approvisionner coûte que coûte l’industrie russe de la défense. Les points de passage se trouvent généralement en Turquie, en Arménie ou dans l’Asie centrale, mais les agents du Kremlin derrière cette contrebande sont bien en Europe.

Le média d’investigation The Insider a publié une enquête le 27 janvier sur Viktor Labin, un officier du GRU, le service de renseignement militaire russe, en charge de l’envoi de matériels électroniques vers la Russie. Viktor est à la tête d’une société écran turque nommée « groupe d’investissement financier Osborne ».

Elle fait affaire et achète des produits pour Sonatek, une société coopérant avec 18 entreprises de la défense russe pour de la livraison de machines. Le patron de Sonatek n’est nul autre que Ruslan Labin, le fils de Viktor. Cette entreprise est responsable de l’envoi de plusieurs machines-outils en Russie en 2022.

Une liste de machines outils réceptionnées par Sonatek et envoyées par diverses sociétés écrans. S // Source : The Insider
Une liste de machines-outils réceptionnées par Sonatek et envoyées par diverses sociétés écrans. // Source : The Insider

Dans des échanges avec les journalistes de The Insider, Ruslan Labin ne nie pas qu’il travaille avec « 18 sociétés de défense russes », répondant que « ce sont nos clients, nous avions l’habitude de leur fournir quelque chose [et] peut-être que nous les fournissons maintenant. »

Lorsque les journalistes lui demandent si lui et les membres de sa famille sont employés par ministère russe de la Défense, il explique que son père est « un homme d’affaires » que lui ou son frère « n’ont jamais servi dans l’armée », suivi d’un émoji souriant.

Un père formé par les académies militaires russes

Viktor Labin est passé par une académie militaire et selon des bases de données d’adresses récupérées par des journalistes, il était enregistré à Moscou dans un dortoir du GRU [le renseignement russe]. Après avoir obtenu son diplôme, il a élu domicile à Zelenograd au bâtiment 1818, où les logements sont attribués aux membres de l’armée. En 2022, le groupe d’investissement Osborne est enregistré, au 7 Avenue de la Ferme Rose à quelques minutes du centre-ville de Bruxelles.

Il possède également une autre société en Belgique, Projet Plus. Selon l’enregistrement officiel de la société, celle-ci est aussi l’adresse de la résidence privée de Viktor Labin, un immeuble à appartements où le nom de famille « Labin » figure à la fois sur la sonnette et sur la boîte aux lettres.

La famille Labin affiche ouvertement ses convictions politiques. Roman, l’aîné des frères et employé dde Sonatek, participe à des manifestations anti-américaine à Paris.

Roman Labin, l'ainé des Labin avec le ruban de St George, un symbôle ultra-nationaliste russe. // Source : The Insider
Roman Labin, l’ainé des Labin avec le ruban de St George, un symbôle ultra-nationaliste russe. // Source : The Insider

Il s’est illustré lors d’une manifestation à Bruxelles en 2014, cette fois-ci « contre le fascisme ukrainien ». La mère partage régulièrement les messages ultra-nationalistes russes sur son compte VKontakte (un équivalent russe de Facebook) dirigées contre l’Ukraine et l’Occident. Le tout depuis sa résidence à Bruxelles.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !