Evgueni Prigojine, dirigeant des mercenaires de Wagner et chef de guerre russe, est décédé dans un mystérieux crash d’avion. Les données en source ouverte permettent de suivre les dernières minutes du vol.

Tir de batteries anti-aérienne russe ? Explosif placé dans l’appareil ? Les causes réelles du crash de l’avion d’Evgueni Prigojine le 23 août restent mystérieuses. La chaîne Telegram de Wagner, le groupe de mercenaires russes dirigé par Evgueni Prigojine, a rapidement accusé le pouvoir russe d’être à la manœuvre, déclarant que cette attaque est « caractéristique des défenses anti-aériennes », sans que cela ne puisse être vérifié. Les données de l’aviation russe restent obscures.

Le journaliste russe Andrey Zakharov a affirmé que Prigojine avait quitté l’Afrique, après une opération d’influence, pour se rendre en Russie avec tous les hauts responsables de Wagner le 23 août

FlightRadar, une source d’information ouverte populaire pour connaitre le trajet des avions, offre quelques informations. Un jet privé russe, modèle Embraer Legacy 600, immatriculé RA-02795, a décollé depuis un aéroport dans la région de Moscou en direction de Saint-Pétersbourg le 23 août à 17h59 (heure locale).

Un Embraer Legacy 600. // Source : Jetphoto
Un Embraer Legacy 600. // Source : Jetphoto

L’appareil appartenait à MNT-Aero, une société russe de voyage d’affaires. À son bord se trouve Evgueni Prigojine, son bras droit Dmitri Outkine, et huit autres passagers, des membres de Wagner, des financiers de l’organisation.

L’avion avait nivelé la hauteur à environ 8,9 km, avant de chuter brutalement. À 18h 20, heure locale, il a disparu des radars dans la région russe de Tver, au nord-est du pays.

De nombreuses vidéos du crash ont ensuite circulé. Les spécialistes de l’OSINT (de l’enquête en sources ouvertes) ont confirmé que cela s’est produit dans la région de Tver, dernier lieu connu de l’avion, en comparant les points de repère de la vidéo, tels que des arbres et des pylônes métalliques, avec des photos existantes de l’endroit. La vidéo d’un avion tombant dans le ciel a beaucoup circulé sur les réseaux. Il s’agit en réalité d’un appareil abattu lors de la mutinerie de Wagner le 23 juin dernier. À noter que le jet de Prigojine s’est crashé à 50 kilomètres de la résidence Valdai de Vladimir Poutine.

Une vidéo du site de l’accident montre des parties de l’épave correspondant à des images antérieures de l’Embraer Legacy 600 de Prigozhin, confirmant qu’il s’agissait bien des débris de l’appareil. Toutes les personnes à bord sont mortes. Des cadavres ont été retrouvés, certains sont visibles sur les vidéos, mais non identifiables.

U // Source : Twitter / Telegram
Un réacteur du jet Embraer Legacy 600 dans lequel était Priogojine. // Source : Twitter / Telegram

L’hypothèse d’une explosion provoquée par les renseignements russes

De nombreuses rumeurs circulent autour de traces d’impacts sur la carcasse de l’avion. Il est impossible de vérifier ces affirmations pour l’instant. Il sera d’ailleurs difficile de connaitre la véritable cause de l’explosion, tant l’information est verrouillée par le pouvoir en Russie.

Les services secrets britanniques, cités par la BBC, émettent l’hypothèse d’une attaque orchestrée par le FSB, les services secrets russes. Le renseignement russe ainsi que le ministre de la Défense, Choïgou, étaient vivement critiqués par Prigojine pour leur gestion de l’invasion de l’Ukraine. Le chef des mercenaires avait perdu de nombreux hommes lors des batailles dans l’est de l’Ukraine.

Les éléments de langage du pouvoir russe et la manière dont le Kremlin va décrire cet « accident » donneront peut-être des indices sur ce crash.

Officiellement, Vladimir Poutine a mentionné Prigojine en parlant d’un homme d’affaires « talentueux » qui a commis des « erreurs ». Au mois de juin, il l’avait qualifié de « traitre ».

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !