L’annonce d’une mobilisation militaire partielle par Vladimir Poutine ce 21 septembre a entrainé des recherches paniques chez les Russes pour éviter de finir sur le front en Ukraine. Se fracturer un membre ou fuir le pays figurent parmi les options les plus envisagées.

Vladimir Poutine a annoncé, dans un discours prononcé ce 21 septembre, que la Russie était en guerre contre l’Occident et que dès lors, une mobilisation militaire de la population était nécessaire. Sept mois après avoir lancé l’invasion totale sur l’Ukraine, l’armée russe aurait perdu plus de 80 000 soldats, selon le Pentagone et près de 4 000 blindés.

Et si la population préfère rester silencieuse sur le sujet, elle comprend que la situation commence à devenir désespérée. L’annonce d’une mobilisation de 300 000 personnes avec une formation militaire a poussé de nombreux Russes à trouver un moyen pour échapper à l’appel de leur autocrate. Ainsi, sur Google Trends, on observe que les phrases « Comment se casser un bras » et « Quitter la Russie » connaissent toutes deux une explosion des recherches depuis la soirée du 20 septembre, avec un creux pendant le discours et une forte reprise dans la foulée.

« Comment quitter la Russie » (en bleu) et « Comment se casser le bras » ont connu une forte augmentation des recherches sur Google dans la soirée depuis la soirée du 20 septembre. // Source : Numerama
« Comment quitter la Russie » (en bleu) et « Comment se casser le bras » (en rouge) ont connu une forte augmentation des recherches sur Google dans la soirée depuis la soirée du 20 septembre. // Source : Numerama

2 700 euros l’aller pour Istanbul

Être inapte à prendre une arme empêche en effet d’être réquisitionné par le Kremlin. Quant à quitter la Russie, il est peut-être préférable de se briser la main qu’acheter un billet, vu les prix. L’essentiel des vols est déjà réservé depuis hier, sur les plateformes classiques, plus aucun avion n’est disponible et sur un site populaire de réservation russe, nous sommes tombés sur une unique place entre Moscou et Istanbul – l’un des seuls pays proches à accepter les personnes sans visa encore – à 2 700 euros l’aller environ. Notez que le PIB par habitant de la Russie est plus bas que celui de la Roumanie.

Si autant de Russes songent à quitter le pays ou se déboiter le coude, c’est parce que des mobilisations forcées auront probablement lieu, y compris chez les personnes ne disposant pas d’expérience militaire. Sur Telegram, un étudiant en médecine de Moscou a partagé la photo d’un document nommé « ordre de mobilisation » qui lui a été fourni en août après son passage obligatoire dans un bureau de service militaire.

Un ordre de mobilisation obligatoire distribué en août en Russie. // Source : Numerama
Un ordre de mobilisation obligatoire distribué en août en Russie. // Source : Numerama

Selon lui, il sera engagé de force si la loi martiale est introduite. Or, le parlement russe, qui n’est qu’une succursale du Kremlin, a voté une nouvelle loi dans la soirée disposant que « les personnes appelées à suivre une formation militaire à partir de la réserve seront pénalement responsables en cas de non-comparution ou d’abandon non autorisé du service, au même titre que les militaires sous contrat. »

Entre janvier et mars 2022, 3,8 millions de Russes ont quitté le pays, parmi eux de nombreux diplômés ainsi que des catégories socio-professionnelles supérieures. Beaucoup travaillaient dans le secteur de la tech. L’économie russe souffre déjà des sanctions occidentales — le PIB a chuté de 4 % sur un an — et l’annonce d’une mobilisation ne va pas améliorer les prévisions économiques.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.