eBay annonce le bannissement de certains produits relatifs au coronavirus, comme les masques et les solutions hydroalcooliques. Avant lui, d'autres sites comme Amazon et Le Bon Coin ont pris des mesures similaires.

eBay rejoint le front des sites de commerce en ligne mobilisés contre les abus autour du coronavirus. Alors que l’épidémie se poursuit en France et dans le monde, le célèbre site d’enchères a annoncé le 5 mars le bannissement de certains biens liés à la maladie Covid-19. Seule exception évoquée : les ouvrages qui traitent du virus SARS-CoV-2 ou de ses conséquences.

Sont concernés les produits suivants :

  • Masques, y compris les masques N95/N100 et les masques chirurgicaux ;
  • Gels ou désinfectants pour les mains ;
  • Lingettes désinfectantes.

Des annonces sur ces produits pourraient enfreindre les règles du service, commente eBay dans son communiqué, mais aussi entraîner un «  comportement inéquitable » au niveau des prix. « Nous continuerons à suivre l’évolution de la situation et supprimerons rapidement toute annonce mentionnant COVID-19, coronavirus, 2019nCoV dans le titre ou la description », prévient l’entreprise.

Ce que redoute eBay est la mise en vente à des prix délirants de produits sanitaires qui sont efficaces pour éviter une contamination ou, du moins, la ralentir. Sur certains sites commerçants, des prix hors de toute mesure — de plusieurs dizaines d’euros, voire au-delà — ont été aperçus pour des flacons de 50 ou 100 millilitres de gel hydroalcoolique. Idem pour les masques de protection.

Exemple de masque de protection chirurgical aussi vendu à des particuliers. // Source : Produit vendu sur Amazon

Encadrement en France, actions des sites de vente

En France, le gouvernement a décidé d’une part de réquisitionner tous les stocks et la production de masques de protection, afin d’en réserver la distribution aux professionnels de santé et aux Français atteints par le coronavirus. Ces masques sont inutiles pour une personne saine. D’autre part, le prix de vente des solutions hydroalcooliques a été encadré par décret pour éviter les abus.

Avant eBay, d’autres plateformes ont annoncé des mesures similaires. Le 5 mars, Antoine Jouteau, directeur général du site de petites annonces Le Bon Coin, faisait savoir que « pour des raisons de sécurité sanitaire et face à une dérive spéculative déplorable », il a décidé le 2 mars « de faire retirer les annonces de masques déposées par les particuliers sur Le Bon Coin ».

Le géant du commerce électronique Amazon a indiqué de son côté, le 27 février, que des mesures ont été prises contre plus d’un million de produits prétendant à tort guérir de cette affliction ou de se défendre contre elle. L’entreprise a aussi retiré des dizaines de milliers d’offres qui tentaient de faire grimper les prix. «  Il n’y a pas de place pour les prix abusifs  », a prévenu la compagnie.

Partager sur les réseaux sociaux