Apple fait l'objet d'une plainte aux États-Unis par une société qui lui reproche de faire croire qu'elle possède la marque memoji, nom donné aux émoticônes animées qui miment en temps réel les expressions du visage et peuvent être forgées à son effigie.

Décidément, Apple rencontre quelques contrariétés pour dénommer ses émoticônes animées. L’entreprise américaine était déjà en conflit avec une entreprise japonaise, Emonster k.k., qui lui conteste la marque Animoji. Désormais, un nouveau front vient de s’ouvrir contre la firme de Cupertino : c’est la société Social Technologies, basée aux USA, qui a engagé les hostilités, cette fois pour la marque Memoji.

Quelques définitions s’imposent : présentés en 2017, les Animojis sont des émoticônes qui s’animent en imitant les expressions du visage, en temps réel, via la caméra de l’iPhone ou de l’iPad. On peut ainsi placer ces grimaces sur des émoticônes d’animaux ou d’objets. Un an plus tard arrivent les Memojis. Ils reposent sur le même principe, à ceci près qu’ils sont personnalisables — à votre effigie par exemple.

Les stickers memojis // Source : Apple Events

Présentation fallacieuse

Dans le conflit qui oppose Apple à Social Technologies, c’est l’apposition du symbole de marque déposée « ® » juste après le mot « memoji » qui est au cœur du litige. Le groupe californien utiliserait à tort ce symbole sur son site web, au lieu d’utiliser les sigles TM (trademark) ou SM (service mark), utilisables quand il n’y a pas eu de dépôt au Bureau américain des brevets et des marques de commerce (USPTO).

Il s’avère que Social Tech propose justement une application qui s’appelle Memoji, d’où son action en justice devant un tribunal new yorkais. Elle lui demande d’interdire à Apple de se servir du symbole de la marque déposée avec le terme Memoji, mais aussi de l’empêcher de prendre toute initiative pouvant prêter à confusion. Enfin, elle souhaite que soit reconnu le fait qu’elle possède la seule marque déposée aux USA.

L’issue du conflit reste pour l’heure incertaine et il n’est pas sûr que cela se règle par un accord amiable. Dans le cas du bras de fer avec Emonster k. k., Apple s’est plutôt montré offensif en tentant d’abord de lui racheter la marque puis, en septembre 2018, d’ouvrir une procédure pour faire annuler l’enregistrement en prétextant un vice de forme dans la procédure.

Partager sur les réseaux sociaux