Alors qu’elle n’avait pas cherché à générer de profits depuis sa création, l’association OpenAI a créé une entreprise à but lucratif pour continuer son travail de recherche.

Les temps changent chez OpenAI : visant un but non lucratif depuis sa création fin 2015, l’association a annoncé sa volonté de faire du profit pour soutenir son activité. Dans son communiqué de presse du 11 mars 2019, OpenAI dévoile la création d’une nouvelle société : OpenAI LP.

Elle donne également les raisons de la conception de cette structure : « Les systèmes d’intelligences artificielles utilisent beaucoup de puissance de calcul, en plus d’innovations algorithmiques, et nous avons donc décidé de prendre de l’ampleur plus rapidement que prévu. » Le communiqué parle du besoin d’investissements « de plusieurs milliards de dollars dans les prochaines années. »

OpenAI LP est toujours dédié à la création et à la promotion d’une intelligence artificielle devant bénéficier à toute l’humanité. Malheureusement, ce genre de recherche coûte beaucoup d’argent, et il est difficile de récupérer des dons importants sans promesse de bénéfices. OpenAI LP doit changer cela, sans pour autant faire dévier la structure OpenAI originelle de son objectif.

L’association donne ainsi le nom « d’entreprise à profits limités » à sa nouvelle structure. L’idée est la suivante : « Les investisseurs et les employés peuvent obtenir un retour sur investissement si nous réussissons notre mission, mais seulement jusqu’à une certaine somme. Passé ce cap, les profits iront à l’entité OpenAI à but non lucratif. » En bref, un moyen d’attirer les investisseurs sans risquer de manquer de moyens pour accomplir la mission définie en 2015.

Ne pas perdre de vue l’objectif final

Le risque d’un tel changement dans la politique d’une association à but non lucratif est de mettre l’objectif initial de côté au profit du bénéfice. OpenAI semble en être bien conscient et a donc mis en place des garanties pour que OpenAI LP ne prenne pas trop d’importance. « La compagnie est contrôlée par le comité de l’OpenAI originel. Tous les investisseurs et employés doivent signer un accord indiquant que la mission passe avant tout, même si cela signifie une perte dans leurs finances. » Pour ce qui est des membres du comité, seule une minorité d’entre eux pourront investir dans la nouvelle société, et ceux-ci n’auront pas le droit de vote dans les décisions provoquant un conflit d’intérêts.

L'équipe de OpenAI en 2018 // Source : OpenAI

L'équipe de OpenAI en 2018

Source : OpenAI

OpenAI semble donc bien garder sa mission en tête, mais les profits qu’elle espère générer devront être à la hauteur des espérances des investisseurs et de l’association. En effet, le cap à partir duquel les bénéfices iront à sa structure non lucrative se situe à 100 fois le montant de l’investissement. Les financements se comptant en centaines de millions de dollars, il faudra être efficace pour qu’une partie de l’argent vienne alimenter la recherche.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !