Uber, Lyft, Waymo... la maison-mère de Google, Alphabet, s'intéresse de près aux moyens de transport. Y compris aux solutions douces, comme les vélos et les trottinettes électriques.

Google voit-il les trottinettes électriques comme l’avenir de la mobilité urbaine ? Si l’on se base sur les rumeurs d’investissement concernant le géant du web, il semble placer de grands espoirs dans ce moyen de transport. Le Financial Times affirme que la maison-mère de la firme de Cupertino, Alphabet, aurait investi 300 millions de dollars dans Lime, au cours d’un tour de table.

Le fait que le groupe américain investisse dans des moyens de locomotion n’est pas tout à fait une surprise : via des mécanismes financiers, la société a placé des billes dans Uber, en apportant 258 millions de dollars en 2013, mais aussi dans Lyft, un rival d’Uber. À cela s’ajoute le projet Waymo, qui consiste à concevoir un système de bord capable de diriger un véhicule sans assistance humaine.

Si le quotidien économique voit juste, c’est la deuxième fois que Lime lève des fonds auprès de Google ; la société, fondée en juin 2017, avait déjà obtenu 350 millions de dollars auprès de Google Ventures, le fonds de capital-risque du Californienne, et d’un fonds américain, Andreessen Horowitz. Avec ce nouveau tour de table, la valorisation de Lime passerait donc à 1,1 milliard de dollars.

Lancée aux USA l’an dernier, et malgré une relative réticence exprimée localement et les déboires de certains concurrents dans le secteur de la mobilité douce (notamment les vélos en libre-service), la startup Lime a continué à développer son offre, notamment en France : fin juin, elle propose à Paris des trottinettes en libre-service, que l’on peut trouver grâce à une application et un système de géolocalisation.

À lire sur Numerama : La trottinette électrique en 6 questions  : ce qui est interdit, autorisé, toléré et conseillé

Partager sur les réseaux sociaux