La gamme Google Home semble séduire un public de plus en plus large. Jusqu'à voler la vedette à Amazon au premier trimestre 2018.

C’est un tournant important dans la bataille que se livrent Google, Amazon et Apple pour contrôler le marché des assistants. Amazon a quelques mois d’avance au niveau de la disponibilité des premiers Echo embarquant Alexa, mais au premier trimestre 2018, la stratégie Google semble avoir payé : pour la première fois, il s’est vendu plus de Google Home — 3,1 millions d’unités vendues par Google contre seulement 2,5 millions pour Amazon.

Cela n’empêche pas Amazon d’être leader si l’on compare le nombre d’appareils vendus depuis la sortie des Echo et des Home, mais ce changement pourrait indiquer une nouvelle tendance pour les mois qui viennent. La clef de cette domination est peut-être à trouver dans la disponibilité bien plus massive des Google Home à l’échelle mondiale : en France, par exemple, la sortie d’Amazon Echo a été maintes fois repoussée alors que la solution de Google est disponible depuis l’été 2017.

De plus, Google a déployé une politique tarifaire très agressive, le Google Mini étant vendu parfois une dizaine d’euros dans des packs domotiques ou avec des smartphones chez les grands commerçants et e-commerçants. En France l’enceinte connectée est même offerte avec un abonnement au Figaro.

Capture d’écran Le Figaro.

De son côté, Apple est aux abonnés absents sur une sortie plus internationale de son HomePod. L’enceinte, plébiscitée pour sa qualité sonore, est déjà en retrait en anglais côté fonctionnalités à cause d’un Siri vieillissant. L’adapter à d’autres langues, français inclus, semble prendre plus de temps que prévu.

Partager sur les réseaux sociaux