La Commission européenne annonce une enquête approfondie sur l'acquisition de Shazam par Apple. Bruxelles craint que cet achat ait des effets néfastes sur la concurrence.

La nouvelle est tombée ce lundi 23 avril : la Commission européenne vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête approfondie sur le projet d’achat de Shazam par Apple. Le Vieux Continent entend s’assurer que cette acquisition ne restreint pas le choix qui s’offre aux internautes en matière de services de diffusion de musique en continu. Or, Bruxelles craint une trop grande concentration dans ce secteur.

Shazam

« Notre enquête a pour but de faire en sorte que les amateurs de musique continuent de bénéficier d’offres attrayantes de musique en continu et ne voient pas leur choix limité à l’issue de [cette] concentration  », fait savoir Margrethe Vestager, la commissaire qui a la charge de la politique de concurrence dans l’Union européenne, dans un communiqué de presse.

L’opération, si elle était approuvée, « combinerait deux acteurs importants et connus du secteur de la musique en ligne, qui exercent principalement leurs activités dans des branches d’activité complémentaires ». Ainsi, Apple a su s’imposer dans le streaming avec son service Apple Music, qui est « devenu le numéro deux en Europe », tandis que Shazam est l’application la plus répandue pour identifier les musiques.

Début février, la Commission européenne avait lancé une enquête préliminaire après une requête adressée par cinq pays de l’Union, dont la France, mais aussi deux États de l’Espace économique européen : l’Islande et la Norvège. Cette enquête « a soulevé plusieurs problèmes liés à la combinaison » de Shazam et Apple, qui sont chacun très fort sur leur segment respectif, ajoute Bruxelles.

Crainte pour la concurrence

La principale crainte du Vieux Continent est le risque qu’Apple accède « à des données sensibles sur le plan commercial concernant les clients de ses concurrents » dans le streaming musical, au sein de l’Espace économique européen, et qu’il s’en serve pour « cibler directement les clients de ses concurrents et les encourager à choisir Apple Music ».

« De plus, bien qu’à ce stade, la Commission européenne ne considère pas Shazam comme un point d’entrée essentiel vers les services de diffusion de musique en continu, elle examinera plus avant si les concurrents d’Apple Music seraient lésés si à l’issue de l’opération, Apple venait à décider que l’application Shazam n’aiguillerait plus ses clients vers eux », ajoute Bruxelles.

Pour ces deux raisons, dont la démonstration n’est pas encore faite, les concurrents d’Apple Music pourraient être injustement désavantagés. Une décision sur cette enquête approfondie doit être prise d’ici le 4 septembre 2018. L’enjeu est de taille pour les rivaux d’Apple Music, comme Spotify ou Deezer, mais aussi pour Apple, dont on dit qu’il a déboursé 400 millions de dollars pour Shazam.

Partager sur les réseaux sociaux