Selon les informations obtenues par le média Recode, Amazon prévoit l'ouverture de nouveaux magasins robotisés à Seattle et à Los Angeles.

Un mois après l’ouverture à Seattle du premier magasin robotisé Amazon Go, il semblerait que l’expérience a contenté les dirigeants d’Amazon. Selon les informations obtenues par le média spécialisé Recode, l’entreprise prévoit d’ouvrir six magasins automatisés de plus cette année, probablement à Seattle, et à Los Angeles.

D’après les sources de Recode, Amazon est en discussion avec Rick Caruso, un milliardaire américain, pour installer un magasin Amazon Go au sein de The Grove, un immense complexe de shopping et de divertissement en extérieur situé au cœur de Los Angeles.

Sollicitée par Recode, l’entreprise n’a pas commenté cette information.

Supermarché « du futur »

Amazon Go est présenté comme le supermarché « du futur ». Le magasin est sans caisses, et complètement robotisé : les clients téléchargent une application Amazon Go, la lient à leur compte Amazon, sur lequel leur carte bancaire doit être enregistrée. Un ensemble de capteurs est capable de savoir ce qu’ils prennent dans les rayons, et les clients payent à la sortie après avoir scanné leur smartphone à des bornes spéciales.

Amazon aura pris un peu plus d’un an, finalement, pour ouvrir son premier magasin Amazon Go au public, après l’avoir réservé à ses employés. L’ouverture aura d’ailleurs attiré de nombreux curieux, qui ont dû faire la queue pour faire leurs courses dans ce magasin pourtant supposé sans queue. Par ailleurs, lors de ses phases de test, Amazon s’était heurté à quelques défis techniques, qui semblaient limiter les capacités d’Amazon Go à fonctionner à plein régime.

L’ouverture de nouveaux magasins Amazon Go serait toutefois logique dans la perspective de la stratégie plus globale de l’entreprise, qui s’intéresse de près aux secteurs de l’alimentation et de la grande distribution. En décembre 2016, le Wall Street Journal détaillait la stratégie du géant du commerce en ligne pour s’installer dans ces secteurs. Aux côtés de l’épicerie Go, conçue comme un lieu pratique du quotidien, Amazon construit déjà des magasins drive (un lieu pour récupérer les courses effectuées en ligne) et envisage surtout un concept hybride, des grandes surfaces qui mélangent commerce discount (à la manière des entreprises européennes comme Lidl) et commande en ligne.

Par ailleurs, en juin 2017, Amazon annonçait l’acquisition des 400 boutiques et dizaines de milliers de salariés de Whole Foods Market, la chaîne de magasins spécialisés dans les produits biologiques. Si l’entreprise de Jeff Bezos a affirmé ne pas prévoir de modifier immédiatement l’organisation de la chaîne, le maillage de magasins Whole Foods lui sera sans aucun doute utile dans son plan de conquête de la grande distribution. Et il est tout à fait possible que les magasins Whole Foods soient un jour à leur tour robotisés.

Partager sur les réseaux sociaux