Alors que l'iPhone X et ses Animoji seront disponibles le 3 novembre prochain, une entreprise japonaise a saisi la justice pour attaquer Apple sous fond de violation de copyright.

Le 3 novembre prochain, les possesseurs de l’iPhone X pourront s’amuser avec les Animoji, nouvelle fonctionnalité exclusive qui se sert de la technologie à reconnaissance faciale — Face ID — pour animer les emojis avec nos propres expressions faciales. Cette feature, a priori amusante et inoffensive, va néanmoins donner lieu à une bataille juridique sous fond d’une supposée violation de copyright. Car une entreprise japonaise possède la marque Animoji et a logiquement décidé de saisir Apple en justice pour le faire savoir et obtenir des rétributions.

Apple encore et toujours attaqué

La société Emonster possède donc la marque Animoji aux États-Unis et a lancé une application du même nom en 2014. Elle permet de créer des animations prenant la forme d’une chaîne d’emojis. Au lancement de l’app, on notera la mention «  patent pending  », signifiant que le brevet est en attente. Enrique Bonansea, CEO d’Emonster, déclare que «  Apple a consciemment pris la décision de voler le nom en tant que tel  ».

Pour sa défense, Emonster estime qu’Apple était au courant de l’existence de l’application Animoji (puisqu’elle est sur l’App Store). De son côté, la firme de Cuppertino aurait visiblement proposé un rachat de la marque, qui a été refusé, puis lancé une demande d’annulation le mois dernier pour la récupérer. Apple pense qu’il y a une erreur d’enregistrement et que, dès lors, Emonster ne peut pas posséder Animoji. Chacun son argumentaire en somme.

Dans cette affaire, au demeurant très habituelle, Emonster réclame de l’argent mais aussi une interdiction d’utilisation de la marque. Elle tombe quand même très mal à dix jours du lancement périlleux de l’iPhone X, le téléphone du futur selon Apple et ayant fait d’Animoji l’un de ses arguments commerciales.

Partager sur les réseaux sociaux