Une voiture électrique peut-elle parcourir près de 16 000 km entre désert, steppes et montagnes, tout en faisant jeu égal avec des concurrents qui carburent au diesel ? C'est ce que veut prouver un pilote de la Mongol Rally, une compétition automobile réputée pour sa difficulté, prévue en juillet 2017.

La voiture électrique saura-t-elle dompter les routes du grand Est ? C’est ce qu’entend prouver Plug In Adventures (PIA), un collectif créé en 2011 qui vise à promouvoir cette technologie à travers une série de défis. Le dernier en date : participer au Mongol Rally, une compétition automobile qui débute au circuit de Goodwood, au Royaume-Uni, le 16 juillet prochain, pour s’achever à Oulan-Oude, en Russie, au terme d’un périple dans les steppes, les déserts et les montagnes du Kazakhstan et de Mongolie.  Le tout sur environ 16 000 km au total, censés longer l’ancienne route de la soie.

Ici, terminer le parcours est considéré comme une victoire pour les participants au vu de la difficulté du parcours entrepris. Les passionnés du PIA, qui consacrent leur temps libre aux voitures électriques, expliquent vouloir « changer la perception du public vis-à-vis des voitures électriques tout en levant des fonds pour deux associations caritatives car nous sommes convaincus qu’[elle] représente notre futur. »

L’objectif, avec ce nouveau défi pour lequel ils appellent au financement participatif, est de tordre le cou aux réserves ou idées reçues sur la technologie, notamment sur l’absence pénalisante de bornes de recharge.

Le PIA se sent prêt à relever ce parcours grâce à son pilote, Chris Ramsey : « Maintenant que nous avons accompli plusieurs défis européens à l’aide de voitures électriques, PIA va devenir la PREMIÈRE équipe à relever le rallye de Mongolie dans une voiture 100 % électrique. » Le collectif prend soin de préciser : «  Il ne s’agit pas d’une hybride […] mais bien d’une voiture avec une batterie, donc elle n’aura ni pétrole ni diesel…  »

nissan leaf voiture électrique
Nissan

Une Nissan Leaf standard

Pour l’occasion, Chris Ramsey conduira une Nissan Leaf 30kW, dotée d’une autonomie de 144 à 160 kilomètres par recharge. Le choix de ce véhicule ne doit rien au hasard : il s’agit, pour le PIA, de prouver l’efficacité de la voiture électrique dans des conditions extrêmes en accomplissant cette démonstration grâce au modèle du genre le plus abordable au monde. Le pilote a déjà repéré les bornes domestiques ou dédiées où recharger son véhicule : il s’attend à pouvoir parcourir près de 144 km par jour.

Chris Ramsey compte aussi profiter de ces arrêts pour rencontrer les habitants locaux et soutenir les projets écologiques qu’ils pourraient rencontrer sur la route. Dans le même souci de conformité aux caractéristiques standard de la Nissan Leaf, il précise que les quelques modifications apportées au véhicule pour la compétition — sur les suspensions notamment — ne concernent nullement sa batterie, restée intacte.

L’initiative du PIA rappelle celle de la voiture 100 % électrique qui avait concouru au Dakar 2017. Son objectif était de terminer la course parmi les premiers, après 2 échecs consécutifs : le véhicule a bien achevé le parcours sans déplorer, cette fois-ci, d’empêchement technique majeur.

Partager sur les réseaux sociaux