Un ingénieur Google a voulu relever le défi de prendre des photos de nuit avec son smartphone d'aussi bonne qualité qu'avec un appareil photo numérique. Pour cela, Florian Kainz a développé une app Android expérimentale offrant un contrôle manuel de la caméra.

Malgré le développement et l’évolution de la qualité des photos prises sur nos smartphones, un cliché capturé avec un réflex par un bon photographe sera toujours plus réussi que s’il l’était par le petit objectif d’un téléphone intelligent. Encore plus dans des conditions nocturnes, ou avec très peu de lumière à disposition.

C’est cette limite qu’a souhaité dépasser Florian Kainz, un ingénieur de la Gcam chez Google Daydream, et qui travaille avec une petite équipe développant la technologie du Google Pixel ainsi que des algorithmes permettant d’aider à la photographie numérique. Après avoir fait des photos de San Francisco un soir de pleine lune, l’un de ses collègues l’a alors défié de prendre la même photo mais avec un téléphone portable. Challenge accepted, avec la création d’une application expérimentale tournant sur Android (évidemment).

Photo originale du Golden Gate Bridge, réalisée par un Canon 1DX.
Nouvelle photo du Golden Gate Bridge, cette fois-ci réalisée par un Nexus 6P et le logiciel créé par Florian Kainz.

Une expérience nocturne

Google avait déjà un temps d’avance concernant la qualité des photos réalisées sur mobile, avec les caractéristiques de son Google Pixel ou le lancement réussi du logiciel Google Photos, remplaçant du célèbre Picasa. Il semblerait que le géant du web ait maintenant une app donnant un contrôle manuel sur l’exposition, la distance de mise au point et la sensibilité des capteurs numériques par rapport à la lumière (ISO). Une maîtrise nécessaire pour s’en sortir dans des conditions sombres ou à des luminosité très basses.

Encore au stade expérimental, ce logiciel, testé à la fois sur un Google Pixel ainsi que son prédécesseur le Nexus 6P, permet de capturer jusqu’à 64 images à la fois, dans un format .dng, équivalant d’un négatif numérique. Le résultat, si l’on observe chacune des images, est des plus granuleux, mais une fois assemblées sur Photoshop, l’image finale fait disparaitre la majorité du grain et sa qualité se révèle des plus surprenante en terme de rendu, de finesse et de détail.

L’ingénieur s’est alors essayé à des clichés dans différentes conditions pour mener à bien son expérience, les nombreuses photos en résultant sont réunies sur un album Google Photos. Florian Kainz défend ainsi l’idée que, quel que soit le matériel incorporé dans un smartphone, il suffit du bon logiciel ou de la bonne application pour faire ce que vous voulez avec. On attendra alors de voir si cette expérience se concrétise en une vraie application d’ici quelques mois.

Partager sur les réseaux sociaux