La Commission européenne reconnaît la dépendance de la communauté aux logiciels Microsoft (Office, Windows, Outlook). Elle envisage des alternatives libres, moins coûteuses, mais reste pour l'instant liée à la firme de Redmond, comme le révèle l'enquête des journalistes d'Investigate Europe.

La Commission européenne le sait : ses services informatiques, comme ceux des administrations nationales de la communauté, du Portugal à la Finlande, sont entièrement dépendants aux licences Microsoft (Office, Office 365 pour le cloud, Windows, Outlook…). Elle l’admet publiquement et promet des changements… mais maintient pour l’instant le statu quo.

Dans une longue enquête — à paraître au total dans 12 pays différents mais déjà disponible en Italie sur le site du Fatto Quotidiano— les journalistes du site Investigate Europe sont revenus sur les causes et les risques de cette situation d’autant plus paradoxale que la Commission européenne se montre en parallèle intransigeante avec l’entreprise américaine en matière de concurrence déloyale.

Ainsi, en 2013, elle a condamné Microsoft à une amende de 561 millions d’euros pour ne pas avoir proposé d’alternative par défaut au navigateur Internet Explorer sur Windows, malgré la promesse formulée par l’entreprise en 2009 pour échapper à une condamnation pour abus de position dominante. Au total, la firme de Redmond a déjà dépensé plus d’1,6 milliard d’euros à la communauté (sans inclure les frais d’avocat).

Quels sont les dangers d’un tel monopole ? L’enquête en dénombre plusieurs : des dépenses continues qui ne permettent pas pour autant d’améliorations technologiques, une remise en question du principe de concurrence, le gain d’une influence politique majeure pour Microsoft et des risques de sécurité accrus pour les données sensibles des citoyens traitées par ces services.

Windows XP, une prolongation temporaire particulièrement coûteuse

Cette dépendance tient d’abord à la continuité des services utilisés. L’exemple le plus frappant remonte à avril 2014, quand, à quelques jours de la date limite à compter de laquelle Microsoft n’assurerait plus le suivi de Windows XP sur les (nombreux) ordinateurs de l’administration n’ayant pas migré vers Windows 7, le Royaume-Uni a déboursé 5,5 millions de livres pour s’offrir une prolongation d’un an. Le temps d’assurer la transition vers un autre système d’exploitation de Microsoft en s’assurant que toutes les données sensibles accumulées ne soient pas offertes sur un plateau à des hackers potentiels.

Aucune négociation n’était possible non plus pour les Pays-Bas, qui ont dépensé 6,5 millions d’euros pour s’offrir le même répit. Toutefois, ces États ne pouvaient pas feindre la surprise : Microsoft avait annoncé ce changement dès 2007, ce qui leur laissait 7 ans pour assurer la migration de systèmes souvent obsolètes.

Mais la situation illustre tout de même la dépendance continue au géant de Redmond. D’autant que le même problème devrait ressurgir en 2020, quand Microsoft mettra de nouveau à jour ses systèmes d’exploitation.

« C’est une question de souveraineté »

Cette problématique d’« enfermement propriétaire » est connue de longue date au sein de l’UE. En 2013, elle a publié un guide pour inciter les gouvernements à lutter contre en se tournant vers les logiciels libres. « Les standards ouverts créent de la concurrence, favorisent l’innovation et permettent d’économiser de l’argent » précise alors la commissaire de la concurrence Neelie Kroës. À l’inverse, continuer d’investir dans des services compatibles avec Windows (comme les documents et factures en ligne) ne fait qu’entretenir cette dépendance dont il devient de fait encore plus difficile de sortir.

Cette alternative serait donc essentielle, sachant que le coût du monopole entretenu par Microsoft est estimé à plus d’un milliard d’euros par an. En recourant à des logiciels libres et gratuits, les dépenses seraient logiquement réduites de manière conséquente.

C’est d’ailleurs la voie adoptée par la Commission européenne, comme le souligne Gertrud Ingestad, sa directrice générale en charge de l’informatique, dans une interview avec les journalistes d’Investigate Europe : « Les logiciels libres sont bien plus présents [qu’avant]. Nous conservons les outils de bureautique principalement fournis par Microsoft parce que nous sommes conscients de ne pas pouvoir faire sans. C’est une question de continuation commerciale et de productivité. »

Lobbying contre le Libre

Microsoft poursuit donc largement sa prédominance, même si des alternatives voient le jour dans certains pays. Ainsi, en Italie, le ministère de la défense a accepté en 2014 un projet de réduction des dépenses des licences Microsoft de 28 millions en 4 ans au sein d’un établissement romain grâce à l’utilisation de logiciels libres. Cette initiative est née d’un constat établi par le général Camillo Sileo : « On a réalisé que les fonctionnaires étaient seulement 15 % à utiliser entièrement la suite Office complète, à savoir Word, Excel et Power Point. » L’établissement a  donc progressivement commencé à les remplacer par LibreOffice.

Mais ce genre de décision fait grincer des dents chez Microsoft. Les quelques fonctionnaires de la province de Bolzano en ont fait l’expérience : alors qu’ils utilisaient uniquement LibreOffice depuis 4 ans (pour des économies de plus de 3 millions d’euros sur cette durée), une nouvelle résolution adoptée en 2014 a entraîné la signature d’un accord de 5,2 millions sur 3 ans avec Microsoft pour travailler sur ses services de cloud.

Un choix préféré à LibreOffice par la société indépendante Bolzano Alpin — qui assure pourtant la promotion de produits Microsoft sur son site –, comme le veut la loi, mais qui oblige la région à payer 150 000 euros par mois à Microsoft pour un service qu’elle n’est pas encore techniquement capable d’utiliser.

europe vue ciel satellite nuit

D’autres redoutent de se mettre le géant à dos. En 2015, au Royaume-Uni, Steve Hilton, un ancien conseiller de David Cameron, a dénoncé le poids exercé par les lobbyistes de Microsoft : « Quand nous avons proposé [un changement de contrats informatiques], Microsoft a appelé les députés conservateurs dont la région est dotée de centres de recherche Microsoft pour leur dire : ‘Nous fermerons ces branches si ce projet est validé’. »

« Il faut entraîner une prise de conscience politique »

Un  recours en justice offrirait-il une solution de sortie à ce monopole ? Oui, selon Marco Ciurcina, un avocat de Turin qui a remporté en 2006 un procès contre le ministère du travail italien, qui voulait acheter 4,5 millions de licences Microsoft. Mais cette voie a ses limites : « Cela coûte du temps et de l’argent. On ne changera pas les choses par la voie judiciaire. Il faut entraîner une prise de conscience politique. »

Le changement global n’est pas près de survenir. Gertrud Ingestad a reconnu que la Commission européenne ne profiterait pas de l’expiration de ses licences Microsoft de 2018 pour entamer cette sortie : « Nous allons continuer avec Microsoft, nous avons cherché des solutions de rechange mais pour l’instant il n’y en a pas et nous ne pouvons pas bloquer tout le système. »

Partager sur les réseaux sociaux