Un laboratoire suisse a réalisé un capteur en forme de fruit pour contrôler la température des fruits. L'objectif est de développer un moyen pour conserver le plus possible la qualité et la fraîcheur de ces produits alimentaires.

La plupart des fruits que l’on trouve au supermarché proviennent de lieux éloignés et voyagent longtemps avant de gagner nos étals. C’est pour cette raison que le labo fédéral suisse, l’Empa, a conçu des capteurs en forme de fruits pour veiller sur la fraîcheur de ces produits alimentaires pendant leur transport.

En surveillant constamment la température des fruits, les exportateurs bénéficieront ainsi des données plus précises sur le voyage et l’état de leurs marchandises. Les capteurs seront disponibles en forme d’orange, de pomme, d’orange et de mangue.

Le processus de réalisation s’est appuyé sur 3 phases. Premièrement, les scientifiques ont effectué des radiographies des fruits pour concevoir un modèle optimal qui a été utilisé pour réaliser des moulages avec une imprimante 3D. Ensuite, l’équipe de l’Empa a créé une composition très similaire à chaque fruit, en utilisant de l’eau, de l’hydrocarbonate et du polystyrène. La solution a été, enfin, versée dans le moulage pour créer le faux fruit.

Crédits : Empa

La température, élément clé pour la qualité du fruit

Cornelia Zogg, la porte-parole du labo, explique : « Les mangues, les bananes et les oranges voyagent normalement sur de longues distances avant d’arriver dans nos supermarchés […] Mais même si les fruits sont contrôlés régulièrement, une partie s’endommage ou est perdue lors du trajet. »

En effet, la température est un élément clé pour que le fruit puisse conserver sa fraîcheur et sa bonne saveur : par exemple, si le distributeur laisse la marchandise dehors pour plusieurs heures, la qualité des fruits sera affectée de manière considérable. Ainsi, ce capteur se présente comme un appareil utile au même temps pour le consommateur et le producteur.

Thijs Defraeye, le chef du projet, souligne ainsi : « Si quelque chose va mal, les fournisseurs seront capables d’accéder aux données de voyage sur la température et comprendre ce qui s’est passé. Nous espérons que cela les aidera à contrôler leurs protocoles sanitaires et à baisser le coût et le temps de la logistique.  »

Partager sur les réseaux sociaux