L'entreprise chinoise CRRC Corp Ltd a annoncé qu'elle débutait le développement d'une nouvelle série de trains maglev. Cette nouvelle gamme de trains pourra voyager jusqu'à 600 km/h.

La plus grande entreprise chinoise de transports ferroviaires, la CRRC Corp Ltd, a annoncé le développement d’un nouveau type de train maglev qui pourra atteindre 600 km/h. Ce fameux train qui voyage déjà en grâce à un système de lévitation sur des aimants se déplace à Shanghai à 431 km/h.

D’après Xinhua, l’entreprise construira un parcours de 5 km pour pouvoir tester son futur prototype dès qu’il sera achevé et prêt pour les tests. La CRRC a aussi admis qu’elle devra améliorer la technologie de lévitation magnétique de son réseau ferroviaire pour que les nouveaux trains puissent fonctionner sans encombre.

En effet, même si au Japon, on a eu la preuve qu’un train maglev est capable de voyager à 600 km/h, la question de la construction de ces rails hyper-technologiques demeure : il s’agit d’un système très coûteux à développer.

Toutefois, la Chine semble être très optimiste — même si elle l’est un peu moins qu’en 2014 — sur ces futurs développements du secteur ferroviaire. Sur la page de CCTV News, on peut lire que ce train couvrira la distance entre Shanghai et Pékin, plus de 1 000 km, en seulement deux heures de voyage. À l’heure actuelle, les trains chinois à grande vitesse utilisés quotidiennement ont besoin d’environ cinq heures pour ce genre de voyages.

b083fe955aa119754c172d
Crédits : Xinhua

En parallèle, d’après Sun Bangcheng, un des membres de CRRC, l’entreprise chinoise a commencé à développer des trains qui voyageront à 200 km/h, en concevant des machines et des systèmes ferroviaires qui pourront être utilisés dans le monde entier. Il y aura même de la place dans leurs projets pour des trains transnationaux plus rapides (400 km/h).

Bref, la Chine semble de plus en plus engagée dans ce secteur. En effet, elle possède le plus grand réseau ferroviaire à grande vitesse du monde entier, qui s’étend sur une longueur de 20 000 km. Mais elle est aussi très active sur le marché ferroviaire : elle serait en train d’offrir ses services pour construire des réseaux à grande vitesse au Royaume-Uni, en Australie, en Iran et au Mexique. De plus, elle a déjà achevé une ligne ferroviaire en Ethiopie et serait en train d’en construire des autres en Turquie, en Russie, en Thaïlande et en Indonésie.

Partager sur les réseaux sociaux