La ville de New York a dû renoncer à des tablettes publiques qui donnaient accès à internet, après que des utilisateurs passaient des heures à les utiliser, notamment pour regarder des sites pornographiques.

La mairie de New York avait décidé d’investir 200 millions de dollars dans le remplacement de ses 7 500 cabines téléphoniques par des bornes LinkNYC, qui offraient un accès Wi-Fi haut débit, un téléphone permettant d’appeler partout aux USA, un chargeur USB, et une tablette tactile intégrée permettant d’avoir accès à Internet et à des informations sur la ville, le tout financé par la publicité (Orange avait eu sensiblement la même idée via un partenariat avec JCDecaux).

400 cabines LinkNYC ont déjà été installées depuis 2014. Mais la municipalité a finalement désactivé la possibilité d’utiliser la tablette pour naviguer sur Internet. « Certains utilisateurs ont monopolisé les tablettes Link et les ont utilisé de façon inappropriée, empêchant d’autres utilisateurs de les utiliser tout en agaçant les résidents et entreprises autour d’eux », explique sobrement un communiqué.

Capture d’écran 2016-09-15 à 15.24.44

Mais CBS apporte une explication plus précise. Outre le fait que des utilisateurs allaient carrément jusqu’à installer un fauteuil pour passer des heures sur la tablette, des touristes ou New-Yorkais l’utilisaient à la vue de tous pour consulter des sites que l’ordre moral réprouve. Une personne a même été prise en photo le week-end dernier en train de se masturber pendant qu’elle consultait un site pornographique, ce qui a sans doute achevé de convaincre la mairie qu’il fallait abandonner le service.

Seule la navigation sur Internet à partir de la tablette est toutefois désactivée. Toutes les autres fonctionnalités, et en particulier les bornes Wi-Fi capables de délivrer jusqu’à 1 Gbps, restent actives.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés