Nous étions ce matin dans les bureaux de la startup Blade qui nous a présenté son Shadow, un service de cloud computing qui a l'ambition de réconcilier les utilisateurs exigeants avec le concept. En commençant par les gamers.

Cloud. Prononcez le mot devant à peu près n’importe qui avec un brin de connaissance en informatique ou d’exigences dans ses loisirs numériques et il finira forcément par rigoler. Les premiers évoqueront pèle-mêle une expression utilisée à tort et à travers, qui n’a plus aucun sens si ce n’est un vague argument marketing pour vendre des services plus ou moins utiles. Jusqu’à évoquer l’arlésienne drolatique française, notre fameux cloud souverain. Les seconds vous diront qu’un ordinateur distant ne pourra jamais faire le travail d’un ordinateur physique, surtout pas dans les jeux vidéo en ligne qui demandent une latence très faible.

Et les deux auraient a priori raison : nous souscrivions d’ailleurs à tous ces arguments il y a quelques mois. Et puis nous avons pu tester en profondeur la solution de cloud gaming de Nvidia, liée à la box Shield. Si la techno n’est pas encore parfaite (pas de jeu multi en ligne, catalogue imposé à la Netflix etc.), elle est suffisamment puissante et bien fichue pour convaincre un sceptique : oui, il est possible de s’amuser confortablement sur Geforce Now depuis son canapé. Depuis le test, nous avons fini Tomb Raider et commencé The Witcher 2 et le plaisir est toujours au rendez-vous.

À lire sur Numerama : Geforce Now & chill  : en 2016, le jeu vidéo en streaming est une réalité

Alors quand nous avons vu dans notre veille technologique qu’une startup française nommée Blade proposait, en 2016, d’aller encore plus loin, nous n’avons pas attendu pour la contacter. Chance : cette jeune entreprise créée en 2014 est sur le point de sortir son produit en bêta et a suffisamment d’arguments depuis peu pour sortir de l’ombre. Nous sommes donc allés à la rencontre des ingénieurs de Blade dans leurs bureaux parisiens afin de découvrir le Shadow, un produit que la société présente comme… votre prochain ordinateur.

Sauf qu’à la différence de la plupart des ordinateurs, le Shadow tient dans une main, a la puissance d’un Raspberry Pi et 7 watts de consommation et arrive pourtant dans le top 3 % des ordinateurs les plus puissants du monde sur 3DMark. On l’aura deviné et c’est toute la subtilité du concept : tous les calculs sont faits à distance, dans le cloud. Bien sûr, en bons sceptiques, nous sommes venus à cette entrevue avec tous nos préjugés.

Et nous sommes repartis avec le sourire aux lèvres et un sentiment d’attente que nous n’avions pas ressenti depuis bien longtemps.

Shadow : la promesse du cloud

Comment Blade a réussi à nous convaincre de lui laisser une chance ? Malins, les développeurs nous ont proposé, avec notre collègue Vincent Sergère de FrAndroid, un test en aveugle. Ils nous ont mis devant deux ordinateurs bas de gamme de Lenovo à 300 €, le genre qu’on trouve à Carrefour et que vos parents ou grand-parents achètent quand ils ne vous demandent pas de conseil. L’un d’eux tournait de manière physique, l’autre n’était qu’un lecteur de la solution de cloud computing, lancée sur une distribution Debian. Bien entendu, nous ne savions pas lequel était le « vrai », lequel était le « cloud computer ».

Eh bien dans toutes les tâches qu’un ordinateur à 300 € peut prétendre faire, de la bureautique classique au surf sur le web, il nous a été impossible de distinguer les deux, prouvant que leur technologie était capable de reproduire un PC bas de gamme sans le moindre souci. Cela dit, nous avons ensuite lancé Photoshop et appliqué un filtre de flou sur une image : l’ordinateur dans le cloud a mis moins d’une seconde à traiter l’opération, quand le vrai ordinateur était à la ramasse.

Le Shadow tient dans une main et se classe dans le top 3 % des ordinateurs les plus puissants du monde

Si cela ne suffisait pas, nous avons lancé 3DMark, le fameux benchmark qui permet de connaître la puissance brute de son ordinateur, sur les deux engins. Le PC dans le cloud a atteint un score de 36 802, se positionnant dans le top 3 % des ordinateurs les plus puissants du monde. Le PC physique peinait à 1 382.

Tout cela est bien beau, mais faire de la bureautique dans les nuages ou exploser des scores sur des benchmarks ne sont pas des choses révolutionnaires. C’est pour cela que Blade avait préparé une deuxième démonstration : Overwatch.

Branchés à un ordinateur pas plus gros qu’un Raspberry Pi, nos deux écrans affichaient le jeu en Full HD en qualité maximale. Nous avons lancé une partie classique sur le web et il faut le reconnaître : le bluff est total. Là où Nvidia n’autorise pas de jeux en ligne à cause de soucis de latence, Blade parvient à nous faire jouer à un FPS rapide, tout à fond, sans le moindre lag. Nous sommes de gros joueurs du dernier titre de Blizzard et nous n’avons pas vu la différence avec l’ordinateur de gamer que nous utilisons pour nos tests au bureau, équipé d’une des dernières Geforce et relié en fibre à Internet.

blade-shadow-2

Et pour cause : le PC distant proposé par Blade et relié au client léger « Shadow » était équipé des derniers processeurs Intel Broadwell-e et d’une Nvidia Geforce 1080. C’est en sortant de cette démonstration que nous avons eu, pour ainsi dire venant d’athées, la foi. Nous avons vu un rêve d’adulte au bout de la route qui sépare le concept de sa commercialisation : celui qui nous permettrait de continuer à jouer et utiliser les fonctions avancées d’un ordinateur sans avoir le temps de l’adolescence pour la bidouille, ni la place pour un ordinateur aussi grand qu’un écran.

Comment cela marche ?

Et pour arriver à cela, Blade est une startup ambitieuse. La société ne veut pas gâcher ses promesses quand viendra l’heure pour les joueurs de tester la solution, non pas dans une configuration optimisée dans leurs bureaux, mais chez eux. Pour cela, elle commencera par commercialiser son produit, le Shadow, petit client léger qui reçoit le flux, à des bêta testeurs triés sur le volet.

Les ingénieurs de Blade visent avant tout les joueurs professionnels : ils se disent que si, eux, arrivent à se passer de leur PC de compèt’, alors le concept est au point et n’importe quel joueur classique sera satisfait. Ensuite, ces clients devront avoir obligatoirement une connexion filaire en fibre optique. Blade ne souhaite pas faire de promesse en l’air dans un premier temps et affirmer que vous ferez tourner GTA V en 4K avec de la 3G ou de l’ADSL 2+. Enfin, test régional oblige, ces premiers clients seront en France.

blade-shadow-3
Plusieurs concepts

L’explication de ce dernier point est simple : côté serveur, Blade a dû mettre en place des machines personnalisées, intégrant le matériel le plus haut de gamme pour faire tourner les jeux de dernière génération. Ce matériel est relié, nous dit-on schématiquement, aux fibres optiques des 4 grands opérateurs nationaux et arrive donc directement chez le joueur. La promesse de Blade, c’est que la solution ne dépassera jamais 16 ms de lag, soit une latence imperceptible en jeu. Pour arriver à cela, la société a déposé plusieurs brevets sur des technologies conçues en interne.

L’investissement initial de Blade pour son projet est massif : l’entreprise a levé 3 millions d’euros à sa création pour arriver à ce produit et devra encore utiliser ces fonds avant d’arriver à une solution rentable. Côté business justement, il est question d’un prix pour la box et d’un abonnement qui pourrait être modulaire, selon les retours des joueurs. Vous pourrez payer moins cher pour le strict minimum pendant un mois, et vouloir profiter d’une machine de course le mois suivant, moyennant une augmentation du prix de votre abonnement. Nous avons également évoqué la possibilité de bidouiller les machines distantes à notre guise, pour ne pas perdre le côté sympa de la configuration de son PC.

Car c’est exactement l’ambition de Blade avec Shadow : prouver que l’informatique dans les nuages et les connexions fibrées sont aujourd’hui suffisamment puissantes pour faire changer l’informatique de paradigme. La question est aussi économique et écologique car quiconque installe une carte graphique très haut de gamme dans son PC ne va en utiliser qu’une fraction de la puissance. Là, en distribuant la charge et en visant une utilisation à 100 %, le composant est rentabilisé selon l’attente du client. Et dans le même temps, du côté du dit client, la facture d’électricité est réduite, tout comme la température de la pièce et le bruit des ventilateurs.

Avec son Shadow, Blade a encore tout à prouver

Cela étant dit, et malgré nos attentes partagées par nos confrères de FrAndroid, Blade a encore tout à prouver. Aujourd’hui, l’alpha du produit est suffisamment avancée pour que la société soit fière et confiante, mais demain, la bêta fermée mettra le Shadow en conditions réelles, dans les mains des utilisateurs. À ce moment-là, difficile de dire ce qui en sortira.

En tout cas, nous avons pris leur promesse au pied de la lettre : quand nous recevrons un Shadow, nous en ferons notre ordinateur principal, du traitement lourd de fichiers au gaming exigeant. Nous verrons alors si l’un des futurs de l’informatique qu’on nous promet depuis des années s’est vraiment dessiné dans l’esprit d’une startup française.

Nous avons découvert le Shadow plus en détail fin octobre. Toutes les questions que vous pourriez vous poser ont leur réponse sur cet article. En attendant le test !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés