Plusieurs entreprises annoncent la mise en place d'un nouvel organisme, baptisé Open Connectivity Foundation, pour structurer l'industrie de l'Internet des objets.

Le marché de l’Internet des objets pousse les entreprises à se rapprocher les unes des autres. En 2014, un consortium — Industrial Internet Consortium — a vu le jour dans le but d’avoir une influence sur l’établissement des normes à venir.

L’équipementier en télécommunications Cisco, l’électricien General Electric, le fabricant de semi-conducteurs Intel, le géant de l’informatique IBM et l’opérateur AT&T sont tous des membres fondateurs de ce consortium, qui compte aujourd’hui plusieurs dizaines de membres.

l’Open Connectivity Foundation

Mais visiblement, cette structure ne suffisait pas puisqu’une nouvelle organisation est en train d’émerger. Il s’agit cette fois d’une fondation — baptisée Open Connectivity Foundation — qui aura pour rôle de fixer et de promouvoir des normes pour l’industrie de l’Internet des objets.

L’objectif affiché de cette fondation est d’éviter de voir l’industrie progresser en ordre dispersé. Plusieurs grands noms du secteur technologique ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils participeront à ce nouvel organisme : Microsoft, Qualcomm, Cisco, Intel, Samsung et Electrolux.

internet-of-things.jpg
L’Internet des objets.

« L’Open Connectivity Foundation va créer un ensemble de spécifications et de protocoles pour permettre aux appareils provenant de divers constructeurs d’interagir entre eux de façon sécurisée et transparente. Quel que soit le fabricant, le système d’exploitation, le chipset ou le protocole de transport, les appareils qui respectent les spécifications de l’OCF vont pouvoir travailler ensemble », explique Microsoft.

Une structure qui se veut comme l’IEEE ou le W3C

L’OCF doit être en quelque sorte l’équivalent du World Wide Web Consortium (W3C) pour les technologies du web, de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE) pour le secteur de l’ingénierie électrique ou même de l’union postale universelle, afin de pouvoir faire fonctionner les différents systèmes postaux du monde ensemble. Sinon, le marché de l’Internet des objets sera complètement fragmenté.

« Malgré l’opportunité et la promesse portées par l’Internet des objets pour connecter les périphériques à la maison ou au travail, la concurrence entre différents standards ouverts et les protocoles fermés ont ralenti l’adoption et l’innovation », admet Microsoft. D’où la nécessité de fédérer les forces de chacun, dans l’intérêt de tous.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés