L'organisme responsable de la norme Bluetooth prévoit de faire évoluer son standard dès 2016 pour lui conférer de nouvelles capacités, dont une portée plus grande et une vitesse de transfert accrue.

Plein cap sur l’Internet des objets (IoT). Bien conscient que de plus en plus d’appareils seront reliés au réseau dans les années à venir, le Bluetooth Special Interest Group (SIG), qui est l’organisme qui encadre la mise au point des normes Bluetooth, prépare sa mue afin de ne pas rester hors-jeu. Cette semaine, il a donc présenté les grandes lignes de sa feuille de route pour accompagner cette tendance.

Car il s’agit, selon le président du conseil d’administration du Bluetooth SIG, « d’une demande importante » des membres du groupe d’intérêt. Ils réclament une évolution du standard afin qu’il puisse servir dans le cadre de l’IoT, dont le marché pourrait peser entre — la fourchette est large, signe qu’il est encore très difficile de vraiment quantifier sa valeur — 2 et 11,1 mille milliards de dollars en 2025.

Quelles sont donc les évolutions envisagées par le Bluetooth SIG ?

Une portée 4 fois plus élevée.

Il question d’accroître la portée du Bluetooth afin que la norme puisse faire communiquer des objets situés à une distance quatre fois plus importante qu’auparavant. Un signal plus performant devrait permettre au passage de fiabiliser les liaisons, évitant ainsi les pertes de connexion, même lorsque un objet connecté en Bluetooth se trouve dehors, tandis que l’autre est dans la maison.

Le Bluetooth SIG prévoit aussi d’augmenter la vitesse de transfert de 100 % sans que cela n’entraîne la moindre consommation énergétique supplémentaire. Cette amélioration est justifiée par les besoins de certaines applications très importantes, notamment dans le domaine médical, explique l’organisme, où il faut la meilleure réactivité possible et un temps de latence très bas.

Le Bluetooth SIG évoque aussi la possibilité d’établir un réseau maillé (ou « mesh ») en utilisant les appareils Bluetooth pour établir des connexions directes entre eux, ce qui permettra de créer une sorte de réseau local dont la taille dépendra du nombre de terminaux impliqués. Cela permettra de couvrir tout un foyer ou tout un bâtiment, note le Bluetooth SIG, ouvrant la voie à de nouvelles possibilités.

Ces grandes lignes donnent un avant-goût des projets du Bluetooth SIG pour sa norme de communication. Il faudra toutefois attendre 2016 pour connaître plus en détail les projets de l’organisme. Certaines caractéristiques annoncées plus haut feront dans les prochains mois l’objet de démonstrations.

L’évolution du Bluetooth sera présentée à partir de l’année prochaine.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés