Microsoft a estimé que l'installation forcée de Windows 10 sur certains ordinateurs était une erreur, à cause d'une option qui était cochée par défaut dans Windows 10.

Depuis son lancement le 29 juillet dernier, Windows 10 fait face à un certain nombre de critiques. Outre les reproches portant sur la confidentialité des données personnelles, leur exploitation à des fins publicitaires et la protection de la vie privée des utilisateurs, le nouveau système d’exploitation de Microsoft est aussi pointé du doigt dans sa façon de s’inviter de force, et en toute discrétion, chez les particuliers.

C’est en effet un peu par hasard qu’il a été découvert que Windows 10 se télécharge sur le disque dur, sans prévenir l’utilisateur ni lui demander son accord préalable. L’affaire, qui a hérissé le poil de nombreux utilisateurs, n’a évidemment pas été perçue comme une erreur du côté de Microsoft. Pour lui, il n’y a aucun problème : c’est une façon d’être prêt à fournir Windows 10 lorsque l’utilisateur voudra changer d’OS.

windows10installation.jpg

Sauf qu’il apparaît aujourd’hui que la situation a quelque peu dégénéré pour une poignée d’utilisateurs. D’après les témoignages rapportés par Ars Technica, Windows 10 ne s’est pas contenté de se télécharger sans crier gare sur l’ordinateur. l’installeur s’est même déclenché dans certains cas, provoquant la surprise des personnes lorsqu’elles ont retrouvé leur PC prêt à accueillir un nouvel OS.

UNE MISE À JOUR COCHÉE

L’explication ?

La mise à jour KB3035583, qui précharge Windows 10 sur l’ordinateur, a été brièvement cochée par défaut dans Windows Update, ce qui donne instruction à l’OS de la télécharger. C’est ce qui arrive avec les mises à jour de la section « importante », qui finissent par être installées à un moment ou à un autre, lorsque Windows Update est réglé pour récupérer les patchs automatiquement.

Cette découverte a soulevé plusieurs questions sur les intentions de Microsoft.

La firme de Redmond, qui a subi un lourd revers commercial avec Windows 8, cherche bien naturellement à retrouver une dynamique. Un succès rapide de Windows 10 serait de nature à regonfler le moral de l’entreprise, mais aussi à provoquer un effet « boule de neige » au sein du grand public, en donnant l’impression que si autant de personnes migrent sur Windows 10, c’est qu’il doit y avoir une bonne raison.

L’option était cochée par défaut ; c’était une erreur et nous allons la retirer

Un communiqué de Microsoft assure pourtant que ce n’est pas le cas. Dans celui-ci, c’est la piste de l’erreur qui est avancée : « l’option était cochée par défaut ; c’était une erreur et nous allons retirer cette validation ».

L’éclaircissement apporté par l’entreprise américaine est pour le moins laconique alors que l’on aurait s’attendre à des explications plus détaillées au regard de la gêne que cette erreur a occasionnée. Celle-ci a en effet débouché sur la mise en place d’un autre système d’exploitation chez plusieurs clients, qui n’avaient de toute évidence pas planifié de passer à Windows 10 dans l’immédiat (sinon, ils n’auraient pas signalé l’incident).

Aux dernières nouvelles, Windows 10 a été téléchargé 110 millions de fois selon les données collectées par la Petri IT Knowledge Database. Les utilisateurs qui disposent d’une licence valide de Windows 7 ou 8 ont la possibilité depuis le 29 juillet d’obtenir gratuitement Windows 10. Cette offre, dont la durée durera un an, vise à accélérer l’adoption de l’OS. Après, il faudra l’acheter dans le commerce.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés