Washington et Moscou ont l'intention de travailler ensemble en vue de construire une station lunaire.

On peut très bien être rivaux sur Terre et en même temps partenaires dans l’espace. Washington et Moscou en sont la preuve vivante. Alors que les sujets de discorde ne manquent pas entre les deux superpuissances, les enjeux extra-terrestres ont plutôt tendance à les rapprocher. On le voit avec la station spatiale internationale. On le voit aussi avec la Lune.

En effet, l’AFP signale ce mercredi 27 septembre que les États-Unis et la Russie ont décidé de se rapprocher pour bâtir la première station lunaire. Aucune autre précision n’a été donnée par l’agence de presse. Cette base pourrait voir le jour dans les années à venir et servir à la fois de terrain d’entraînement et de point de passage en vue d’une mission plus lointaine, en direction de Mars.

La Russie et les États-Unis ne sont pas les deux seules puissances à envisager une présence durable sur le satellite naturel de la Terre ou dans ses environs. Un partenariat semble aussi se dessiner entre la Chine et l’Union européenne, avec l’idée de faire de cette base lunaire un tremplin utile pour se projeter vers la planète rouge. Cette base pourrait aussi servir à développer le tourisme spatial ou l’exploration de la Lune.

« Les Chinois ont un programme ambitieux pour la Lune et déjà en place. L’espace a changé depuis la course spatiale des années 60. Nous reconnaissons que, pour explorer l’espace à des fins pacifiques, il faut mettre en place une coopération internationale », commentait ce printemps un porte-parole de l’agence spatiale européenne. Reste donc à rapprocher les deux projets.

À lire sur Numerama : Et si la future base lunaire reposait sur des briques imprimées en 3D  ?

Partager sur les réseaux sociaux