Thomas Pesquet, qui a déjà effectué une sortie extravéhiculaire en début d'année, va pouvoir en réaliser deux autres, le 24 mars et en avril, avant de rentrer sur Terre.

Les bonnes performances de Thomas Pesquet lors de sa première sortie spatiale ont visiblement tapé dans l’œil des ingénieurs de la Nasa. En effet, le Français de 39 ans, dixième spationaute à évoluer dans l’espace, vient d’obtenir le feu vert pour effectuer deux nouvelles sorties extravéhiculaires. L’information a été confirmée vendredi 17 mars par l’agence spatiale européenne.

Lors de sa première sortie hors de la station spatiale internationale, dans laquelle il se trouve depuis le 17 novembre 2016, Thomas Pesquet avait en effet bouclé l’ensemble des principales tâches qui lui étaient assignées en un temps record. Avec l’astronaute américain Robert Shane Kimbrough, ils ont terminé leur travail avec une heure et demi d’avance sur le planning.

thomas pesquet
Crédits : NASA–Bill Stafford

Même en comptabilisant les opérations facultatives, la durée de leur intervention autour de l’ISS a été plus courte que le timing imaginé par la Nasa : ils n’ont eu besoin que de 5h58 au lieu des 6h30 initialement prévues. Certes, Thomas Pesquet était assisté d’un vétéran des sorties extravéhiculaires — Kimbrough en compte quatre à son actif –, mais il s’en est plus que bien tiré pour un bleu.

La première sortie de Thomas Pesquet surviendra le 24 mars. Il sera là encore en binôme avec Robert Shane Kimbrough. Alors que la première sortie le 13 janvier visait à fixer des plaques d’adaptateur pour de nouvelles batteries servant à alimenter la station en électricité lorsqu’elle est dans l’ombre de la Terre, la deuxième servira à installer un ordinateur à l’extérieur de l’ISS.

thomas-pesquet
CC ESA–J. Harrod

Thomas et Shane travailleront également sur le système de distribution électrique et se chargeront de déconnecter les câbles d’un adaptateur d’amarrage qui sera transféré sur un autre port d’amarrage, explique l’ESA. Plus précisément, le Français devra inspecter le système de radiateurs de l’ISS et faire de la maintenance sur Dextre, la main robotisée polyvalente.

Cette mission, d’une durée de plusieurs heures, les conduira à travailler séparément une grande partie de la sortie

Pour sa troisième sortie, planifiée en avril, notre spationaute national sera associé cette fois avec Peggy Whitson, qui est également une grande habituée des sorties spatiales — elle en compte sept à son actif.

Les sorties confiées à Thomas Pesquet témoignent des bonnes performances des astronautes de l’ESA

Cette fois, il s’agira d’une part de remplacer une unité d’alimentation électrique défectueuse, nécessaire pour le bon fonctionnement des installations scientifiques situées à l’extérieur de la station, et d’autre part d’installer des antennes et des caméras supplémentaires. Enfin, un travail consacré au chasseur d’antimatière AMS-02 est aussi prévu.

Pour l’ESA, la décision d’impliquer Thomas Pesquet dans deux autres missions « témoigne des bonnes performances des astronautes de l’ESA ces dernières années ainsi que de la qualité de l’entraînement qu’ils suivent dans le Centre des astronautes européens ». Ce sera aussi un record pour la France, car seul Philippe Perrin a réalisé trois sorties dans l’espace au cours d’une seul séjour.

Thomas Pesquet rentrera sur Terre au cours du mois de mai 2017, après six mois dans l’espace.

(mise à jour de l’article avec la date de la deuxième sortie extravéhiculaire)

Partager sur les réseaux sociaux