Une équipe de scientifiques a publié une étude qui montre que les voitures diesel libèrent beaucoup plus d'oxyde d'azote par rapport aux poids lourds. C'est notamment dû à des réglementations défaillantes et peu efficaces.

D’après une étude publiée par le Conseil International sur les Transports Non Polluants (ICCT), les voitures diesel Euro 6 libèrent plus d’oxyde d’azote — un polluant atmosphérique réglementé — que les poids lourds Euro VI, notamment les camions et les bus. La recherche s’appuie sur des tests effectués en Allemagne et en Finlande qui ont donnés des résultats impressionnants : les camions et les bus avaient émis une moyenne de 210 mg d’oxyde d’azote par kilomètre parcouru (mg/km), tandis que les voitures diesel en avaient relâché entre 480 et 560 mg.

graphique-pollution-1
Crédits : ICCT

Au podium des voitures les plus polluantes à l’oxyde d’azote on trouve la Renault Kadjar (cocori… kof kof kof), la Suzuki Vitara et la Dacia Sandero. L’étude souligne notamment que les émissions de ces véhicules dépassent de 6 à 7 fois la limite réglementée de 80 mg/km, un fait qui a été prouvé plusieurs fois par des tests effectués par des laboratoires indépendants ou par des gouvernements européens.

capture-pollution-2
Les études, menés par le gouvernement allemand, concernant les émissions d’oxyde d’azote concernant 30 voitures euro 6. Crédits : ICCT

Selon l’ICCT, cette tendance négative a été causée par des défaillances concernant les procédures des tests des véhicules et une réglementation faible. En effet, l’organisation souligne : « Le protocole de test des véhicules Euro 6 légers […] n’inclut pas d’opérations qui ont une durée significative pour tester le fonctionnement du moteur à une charge élevée et le gaz d’échappement à haute température […]. […] L’une des causes majeures de ces trop grandes émissions d’oxyde d’azote […], c’est l’utilisation de dispositifs de détournement, de la part des producteurs automobiles qui échappent aux tests. »

On se souvient encore trop bien du cas de Volkswagen, une tromperie de grande ampleur qui a eu lieu en 2015 et qui avait mis en lumière ce genre de pratiques illicites.

À l’opposé, les poids lourds sont soumis à des réglementations par des lois européennes plus strictes, qui imposent des contrôles effectués par des appareils mobiles pendant des séances de conduite sur des autoroutes — un aspect qui n’est pas intégré dans les tests des voitures diesel. L’Europe est par ailleurs la zone géographique où les voitures diesel sont les plus vendues (et probablement les plus diffusées), comme on l’observe dans le graphique ci-dessous (8 millions de ventes en 2014)

capture-pollution-3
Crédits : ICCT

 

Pour résoudre ces soucis, l’ICCT affirme que les réglementations des tests commenceront à être modifiées dès septembre prochain et seront changées de manière plus radicales en 2019. Cependant, les scientifiques restent inquiets car les constructeurs peuvent encore manipuler les dispositifs des voitures pour tricher aux tests. Ce qui nécessitera un cadre juridique impliquant plus de sanctions de la part de l’UE.

Partager sur les réseaux sociaux