La société SpaceX est parvenue à faire amarrer son cargo Dragon à l'ISS. Une bonne nouvelle pour les astronautes à bord, mais aussi pour l'entreprise, qui accumule de l'expérience avant le transport d'astronautes.

SpaceX continue de marquer des points dans le domaine spatial. Dans le cadre de sa neuvième mission de ravitaillement à destination de la station spatiale internationale (ISS), l’entreprise américaine a fait arrimer son cargo avec succès, grâce au concours de deux astronautes à bord de l’ISS, Jeff Williams et Kate Rubins, qui ont manœuvré le bras télémanipulateur pendant toute l’opération.

Avec cette mission, SpaceX enregistre son huitième succès depuis le 8 octobre 2012, date à laquelle la société fondée par Elon Musk a débuté les allers et retours entre la Terre et la station spatiale. Seule ombre à ce tableau globalement très positif, la mission CRS-7, qui n’a pas pu être menée à son terme. Le 28 juin 2015, la fusée Falcon 9 explose au niveau du deuxième étage après deux minutes de vol.

ISS Dragon SpaceX BEAM
CC NASA Johnson

C’est ce même lanceur qui est utilisé par SpaceX pour mettre des satellites en orbite ou pour apporter des vivres, de l’équipement scientifique et des pièces de rechange à l’équipage de l’ISS, en attendant la mise au point d’une version lourde de l’engin, qui aura pour mission de transporter des charges plus conséquentes et d’atteindre des destinations encore plus lointaines, comme Mars.

La cargaison qui vient d’être transportée contient notamment un séquenceur ADN qui sera utilisé pour diagnostiquer des maladies, et identifier des microbes, afin de surveiller l’état de santé de l’équipage. Celui-ci est composé de six personnes : deux Américains (Jeff Williams et Kate Rubins), trois Russes (Aleksey Ovchinin, Anatoli Ivanishin et Oleg Skripochka) et un Japonais (Takuya Onishi).

Des instruments scientifiques, des pièces de rechange, des vivres…

Les 2,2 tonnes de fret ont aussi des instruments scientifiques pour observer plus en détail les effets de l’apesanteur sur l’organisme, en particulier sur fonctionnement des cellules cardiaques, musculaires et osseuses au niveau moléculaire. Mais surtout, le cargo a livré un premier adaptateur (sur les deux prévus) qui sera utilisé lorsque SpaceX et Boeing procéderont à des vols spatiaux habités.

En effet, l’agence spatiale américaine (Nasa) a signé des accords avec ces deux sociétés pour qu’elles prennent en charge les opérations de transport d’astronautes entre la Terre et l’ISS. La Nasa doit en effet compter sur des groupes privés, dans la mesure où la navette spatiale américaine a été retirée du service en juillet 2011 et qu’il n’est pas stratégiquement acceptable de compter sur la Russie.

À lire sur Numerama : SpaceX en tête pour transporter des spationautes vers l’ISS en 2017

Il est donc très important que SpaceX engrange un maximum d’expérience dans le cadre des missions de ravitaillement de l’ISS, afin que le transport des astronautes, qui doit avoir lieu à partir de 2017, ait lieu dans des conditions absolument impeccables. Il serait en effet désastreux que l’entreprise échoue dans cette tâche… surtout si l’échec coûte la vie aux hommes et aux femmes à bord de Dragon.

SpaceX et la Nasa ont signé un contrat de 1,6 milliard de dollars pour un total de vingt missions de ravitaillement. Il en reste donc onze à accomplir. La prochaine devrait avoir lieu à la mi-novembre 2016.

En attendant, la capsule Dragon sera ouverte à partir d’aujourd’hui par l’équipage, qui aura une bonne semaine pour décharger son contenu. Le 29 août, elle se séparera de l’ISS et se dirigera vers la Terre avec à son bord des détritus du matériel usagé, mais aussi de très nombreux résultats et échantillons scientifiques qui ont été menés à 400 kilomètres d’altitude.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés