L'État lance ScanR, une application Web qui permet de trouver facilement les acteurs de la recherche publique et privés, et leurs travaux.

Le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement et de la recherche a mis en ligne cette semaine le moteur ScanR, qui référence plus de 15 000 acteurs de la recherche et de l’innovation publique et privée en France, et leurs activités. Il permet ainsi d’identifier facilement qui s’intéresse à certains domaines de R&D, pour lire leurs travaux ou les contacter.

« En combinant des informations extraites des sites web de ces entités et des données issues de sources ouvertes, scanR propose (…) un vaste ensemble d’informations permettant de les décrire et de les caractériser (publications et thèses, implication dans des projets de recherche collaborative, essaimage d’entreprises, brevets, …) », explique le ministère.

ScanR

Le moteur livre une « carte d’identité » complète de chaque entité référencée, qui montre à la fois les dirigeants de recherches, les brevets déposés, les réseaux auxquels ils participent, les partenaires qu’ils ont, les prix reçus, etc. Les résultats des requêtes peuvent ensuite être filtrés pour n’afficher que les établissements publics ou privés, limiter les résultats à des organismes de tutelle (CNRS, Inria, Inra, Inserm, etc.), à des thématiques de recherche, des disciplines, des zones géographiques, etc.

Un outil très pratique, qui devrait être progressivement amélioré.

«  Le mode d’alimentation en données de scanR ne permet pas de garantir l’exhaustivité du référencement des publications, brevets, thèses et financements, et s’accompagne donc d’un mécanisme de contribution collaborative (crowdsourcing). L’application permet en effet à chaque utilisateur de faire remonter de façon simple des remarques et des erreurs ou de proposer des enrichissements directement sur les pages des structures de recherche », précise pour sa part Etalab, qui a participé au développement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés