Google apprend à son intelligence artificielle à imiter les textes de plusieurs milliers de romans, dont 2 865 histoires d'amour. L'objectif est d'en améliorer la compréhension des nuances de langage.

Apprendre à écrire grâce à des histoires d’amour. Il ne s’agit pas d’un nouveau programme scolaire mais de la méthode appliquée par Google pour enseigner toutes les nuances du langage à son intelligence artificielle. Le but est de permettre à l’IA de mieux comprendre la manière dont parlent les individus entre eux C’est ce que révèlent des chercheurs de Google Brain dans un article (.pdf) dévoilé par le site Quartz.

Google Brain est un projet de recherche conduit par la filiale d’Alphabet, dédié au deep learning, une technique d’apprentissage qui permet à une IA d’apprendre en identifiant d’elle-même les éléments communs à une série de matières premières, par exemple sur des images ou dans du texte. Cette technologie se base sur un réseau de neurones artificiels et implique de nombreuses répétitions avant de maîtriser un concept. Elle est notamment utilisée par les assistants Siri, Cortana ou encore Viv.

Les chercheurs de Google Brain ont appliqué cette technique d’apprentissage sur leur IA en y intégrant 11 000 livres non publiés dont 2 865 histoires d’amour ainsi que 1 500 nouvelles de fantasy. Ils estiment que cela permettra au système de mieux saisir le fonctionnement du cerveau humain et, par conséquent, de l’imiter.

Lire pour apprendre à écrire

La deuxième étape de l’expérience consiste à présenter deux phrases issues de ces livres à l’IA et celle-ci doit créer une évolution logique entre celles-ci en générant d’autres phrases. Par exemple, les chercheurs peuvent lui demander d’écrire un texte de dix lignes qui commencerait par « La nuit est fraîche aujourd’hui » et qui se terminerait par « Reste avec moi jusqu’à l’aube ». Bien entendu, en plus de la continuité logique des phrases, celles-ci doivent être grammaticalement et syntaxiquement justes.

screenshot-arxiv.org 2016-05-16 14-39-15

La méthode semble fonctionner et l’IA a pu écrire plusieurs textes qui ressemblent de plus en plus à ceux que l’on retrouve dans les bouquins. Mais les créations de l’IA sont encore loin d’être parfaites et sont facilement différentiables d’un texte écrit par un humain.

Les chercheurs sont optimistes et pensent pouvoir utiliser les résultats de leur expérience pour améliorer la capacité des intelligences artificielles à entretenir une conversation complexe avec l’utilisateur. Par exemple, au lieu de comprendre uniquement la manière « parfaite » de dire « Je veux réserver une table dans un restaurant chinois ce soir », elles seront en mesures de comprendre toutes les variations orales de cette requête.

En attendant, certains textes générés par l’IA sont encore trop bizarrement formulés pour être crédibles. Le site Quartz s’est amusé à en faire une sélection avec, en gras, les deux phrases imposées :

no.
he said.
“no,” he said.
“no,” i said.
“i know,” she said.
“thank you,” she said.
“come with me,” she said.
“talk to me,” she said.
“don’t worry about it,” she said.

it made me want to cry.
no one had seen him since.
it made me feel uneasy.
no one had seen him.
the thought made me smile.
the pain was unbearable.
the crowd was silent.
the man called out.
the old man said.
the man asked.

he was silent for a long moment.
he was silent for a moment.
it was quiet for a moment.
it was dark and cold.
there was a pause.
it was my turn.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés