Avec son A350 XWB, Airbus souhaite diminuer les effets du jetlag. Et sa meilleure alliée, c'est la lumière en cabine.

Vous avez l’impression de ne pas avoir dormi depuis 6 mois alors que vous n’avez fait qu’un aller-retour le temps d’une semaine de l’autre côté de la Terre ? Bravo, vous êtes en plein jetlag, ou syndrome du décalage horaire dans la langue de Maître Gims. Ce mal que connaissent bien les voyageurs est difficile à éviter mais il peut s’atténuer par de petites briques technologiques qu’Airbus a intégré dans son tout nouveau A350 XWB. Et la plus importante d’entre elles, c’est la lumière en cabine.

Airbus a essayé, dans ses nouveaux avions, de faire en sorte que votre corps soit moins soumis aux changements brutaux et non naturels de luminosité quand vous voyagez. Comme le rappelle Quartz, la mélatonine est l’hormone responsable de notre cycle du sommeil : c’est elle qui nous fait ressentir la fatigue à mesure que la lumière diminue à l’extérieur. C’est pour cela qu’à l’intérieur d’un A350 XWB, Airbus a remplacé les lumières traditionnelles par des diodes permettant d’émettre 16,7 millions de couleurs. Ainsi, pendant le trajet en avion, la chaleur de la lumière variera pour reproduire celle que le corps aurait dû sentir s’il était resté au même endroit.

3054686-inline-s-11-airbus-and-qatar-airways-debut-a-jet-lag

Sur les trajets longs, ne pas se prendre trop de lumière ou trop d’obscurité dans la tête pendant plusieurs heures de vol permettra de se sentir mieux à l’atterrissage. Pour accompagner ce dispositif, les A350 XWB ont également un fuselage moins sensible à la corrosion et qui peut donc permettre d’augmenter l’humidité dans l’air à l’intérieur de la cabine : utile, car la sécheresse de l’air est aussi une des causes des maux de tête en avion. Le premier client de cet avion européen est Qatar Airways, qui fait déjà voler ses 7 avions entre l’Europe, les États-Unis et l’Asie.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés