Albion Online, nouveau MMORPG de type bac-à-sable à ouvert ses portes et s'adresse aussi bien aux joueurs occasionnels qu'aux plus aguerris. Nous avons rencontré un des responsables de la structure de War Legend afin qu'il nous détaille la préparation de ses coéquipiers.

Après une dernière session de bêta en mars dernier, voilà qu’Albion Online, nouveau MMORPG en bac-à-sable a enfin ouvert ses serveurs au grand public ce 17 juillet.

La particularité d’Albion Online et de son genre sandbox est de proposer une très grande liberté à ses joueurs. Le jeu offre en effet une base contextuelle d’heroic fantasy dans les terres de l’ancienne Angleterre, où règnent les légendes de l’enchanteur Merlin et de la fée Morgane. Mais à partir de là, le reste de l’histoire du jeu ne prendra forme qu’au gré des actions des joueurs au sein de leur serveur.

Par liberté, il faut ainsi voir des possibilités multiples de jouabilité, de carrières, d’opportunités et de challenge. Le monde d’Albion sera d’ailleurs réparti en différentes zones, l’une réservée pour les joueurs occasionnels dont l’ambition est de mener sa petite vie de commerçant, guerrier, forgeron ou autre et de participer de son humble personne à la vie communautaire. Une autre zone, appelée la zone noire, sera quant à elle réservée aux hardcore gamers avec du PvP extrêmement difficile et punitif.

Comment les hardcores gamers de War Legend préparent-ils leur entrée dans le monde d’Albion Online ? Nous avons demandé à Arne Schröter, alias Maltor, un des responsables de la structure War Legends composée de 1 500 joueurs, de nous en dire plus pour bien démarrer dans le jeu.

Partir de zéro…

Mais avant d’envisager la moindre prise de pouvoir sur un quelconque territoire, il faut tout d’abord investir les ateliers et mettre la main à la pâte. Qui dit liberté quasi totale dans Albion Online, dit pas de quête à suivre. Maltor explique la particularité du jeu :

« Il n’y a pas de classe prédéfinie dans Albion Online. Quand on commence le jeu, on est pour ainsi dire tous égaux dans la mesure où c’est ce que vous allez faire dans le jeu qui va définir ce que vous êtes. Si vous voulez devenir bûcheron vous aller devoir abattre des arbres, et plus vous abattrez des arbres plus vos compétences affirmeront vos capacités de bûcheron. »

Que ce soit donc en termes de carrière de combattant ou de profession, le choix revient au joueur et au style de jeu qu’il souhaite aborder. « Vous pouvez également devenir un mage et porter des armures de plaques si cela vous chante, les sorts diffèrent selon les équipements… Vous pouvez vraiment devenir ce que vous voulez et vous spécialiser dans n’importe quel domaine », ajoute Maltor.

Si l’armure déterminera vos talents défensif et votre résistance, ce sera l’arme qui définira votre spécialisation entre le tank, le DPS (dégâts par seconde), ou à la magie (que ce soit le soin, la défense, etc.). Il est tout à fait possible d’effectuer des mélanges saugrenus.

…Et devenir le roi du pétrole

L’organisation des équipes de War Legend se fera donc selon les spécialisations de chacun, que beaucoup continuent encore d’explorer, tant les possibilités sont grandes. Les joueurs ont ainsi pu expérimenter et exploiter toutes les stratégies possibles dans Albion Online à l’occasion de la bêta. Pour Maltor, le but est clair : « devenir les premiers mondiaux, être les plus forts dans tous les secteurs. »

Les équipes ont donc pu s’entraîner pour obtenir de bons résultats dans des temps donnés, et autant dire que le timing est serré. Chacun a pu donc déterminer quelle activité il devra effectuer lors de la sortie du jeu. Une véritable fourmilière se met en place pour qu’une fois les serveurs ouverts, pas une seule seconde ne soit perdue.

Et autant dire que pour le moment le travail porte ses fruits, puisque sur les 50 meilleurs joueurs dans le classement, 47 font partie de War Legend.

Une mécanique bien rôdée

Pour obtenir cet impressionnant résultat, Arne Schröter et ses coéquipiers Kam et Oxandia ont dû tout organiser au millimètre près, jusqu’au temps de sommeil alloué aux joueurs.

« On a commencé à préparer un document en interne il y a à peu près deux mois sur la préparation des cycles de sommeil, de l’effort physique à effectuer quotidiennement pendant 1h30 avec notamment de la cardio, mais également sur les repas des joueurs ! Il fallait vraiment se préparer afin que le corps soit capable d’encaisser un manque de sommeil pendant les 10 premiers jours de lancement du jeu. »

Et les prérogatives sont rudes : pas de café, pas de cola, et encore moins de boissons énergisantes, les repas doivent être équilibrés avec un peu de viande et des légumes. « Il faut être en forme pour avoir un cycle de 50 heures de jeu, puis 4 heures de sommeil et encore 40 heures de jeu etc.  », précise Maltor.

Beaucoup de préparation mentale

Enfin, pour prospérer, rien ne vaut l’entraide. Créer sa guilde, c’est créer sa petite société où chacun aura un rôle défini, le rouage qui fait tourner toute cette grande mécanique.

« On fait en sorte de préparer mentalement les joueurs également, leur apprendre à jouer dans le calme, sans se stresser. Par exemple pendant les raids qui se font souvent avec 20 ou plusieurs dizaines de joueurs, c’est le Raid Leader qui prend en charge la coordination du groupe, et c’est le seul à parler dans ces moments-là. », détaille Maltor.

Le Raid Leader connaît à la perfection le nom et la spécialisation de chaque joueur, ses capacités. Il donne donc toutes les instructions pendant l’opération, à l’aide notamment de phrases et des terminologies précises. « Il y a un côté un peu militaire dans cette pratique. Tout est calculé et les joueurs sont entraînés pour réagir très vite aux instructions. »

S’adapter aux spécificités du jeu

Pour atteindre ce niveau d’efficacité sur un jeu à peine sorti, il a également fallu que beaucoup de cellules grises planchent sur les mécanismes du jeu et calculer méthodiquement les besoins de l’équipe pour être au sommet.

« On a fait ce qu’on appelle du Theory Craft sur Albion Online, précise Maltor, c’est-à-dire que des joueurs un peu matheux ont préparé sur un tableur dans lequel on retrouve une sorte d’emploi du temps et le nombre de ressources dont on a besoin pour effectuer une tâche précise. Tout est calculé à la minute près pour que chaque joueur sache précisément ce qu’il a à faire. »

Que ce soit pour la construction d’un village, pour la fabrication des armes ou la confection des potions, rien n’est laissé au hasard. Les joueurs doivent également apprendre à gérer les aléas du direct et à jongler avec les possibles couacs qui n’étaient pas prévus sur le document.

Albion Online est disponible depuis le 17 juillet sur Android, PC, Mac et Linux. Il est possible de se procurer le jeu en choisissant trois packs de démarrage : un pack légendaire à 86,48 €, un pack épique à 43,22 € et un pack vétéran à 25,91 €.

Partager sur les réseaux sociaux