Dans l'ombre du gouvernement chaotique de Donald Trump, Barack Obama cultive son héritage. L'ancien Prix Nobel de la paix restait plutôt discret durant sa retraite débutée à la prise de fonction de son successeur -- quelques commentaires ici et là et un style tout implicite. Ce samedi, l'ancien président publiait ce qui deviendra la tweet le plus aimé de l'histoire de Twitter

Donald Trump a bien du mal à trouver les mots justes concernant la tuerie de Charlottesville, les militants néonazis ou les suprémacistes blancs. Son silence, puis ses hésitations et enfin sa lâcheté lorsqu’il s’agit de dénoncer une attaque meurtrière ont frappé les internautes.

Alors qu’il manquait, en conférence de presse, l’occasion de s’exprimer quant à sa proximité dénoncée avec des groupes suprémacistes ou encore qu’il soulignait qu’il y avait une forme de partage des responsabilités de facto entre les nazis et ceux qui les dénonçaient lors de l’attaque, son prédécesseur se lançait dans une série de tweets plus compréhensible dans une telle situation.

Face au ton désinvolte de Donald Trump, les internautes ont été heureux de retrouver la compassion de son prédécesseur. En trois publications successives, l’ancien POTUS a publié des mots pris à Nelson Mandela sur le racisme. « Personne n’est né en haïssant une autre personne à cause de sa couleur de peau, de son milieu social ou de sa religion…  » a écrit Obama à ses followers.

Ce mercredi matin, ce tweet a reçu plus de 2 000 000 de favoris/cœurs, ce qui en fait le tweet le plus aimé de l’histoire du réseau social — le précédent étant celui d’Ariana Grande après l’attaque terroriste de Manchester. Le message serait également le 5e le plus retweeté selon FavStar, un amusant compteur.

Relativement effacé depuis son départ de la Maison-Blanche, Obama semble cultiver son aura et son héritage face à aux errances de son successeur qui a immanquablement raté cette séquence pourtant éprouvante pour les États-Unis. Alors qu’une des plus monstrueuses attaques racistes se déroulait dans la première démocratie multiethnique du monde, D. Trump louvoyait.

Partager sur les réseaux sociaux