Sean Spicer a tenté de justifier l'étrange tweet de Donald Trump. En faisant passer le covfefe pour un message tout à fait sensé, la Maison Blanche semble incapable d'admettre publiquement que même le Président des Etats-Unis peut se tromper.

Le 30 mai 2017, le président des États-Unis a publié un étrange tweet, dans lequel il semblait bien parti pour critiquer la presse — l’une des grandes habitudes du président américain sur Twitter. Plus encore que l’aspect inachevé du message, c’est un mot curieux qui a cristallisé toutes les interrogations : mais de quoi covfefe est-il le dieu ?

Si la réponse à cette question métaphysique restera sans doute un mystère pour le commun des mortels, Sean Spicer, le porte parole de la maison blanche, a lui tenté de proposer une explication à ce curieux message. Pressé par les questions des journalistes, qui lui demandaient notamment pourquoi le tweet est resté en ligne si longtemps, Sean Spicer s’est contenté de ces quelques mots.

« Le président et un petit groupe de personnes savent exactement ce qu’il voulait dire », a répondu le porte parole. Les journalistes présents ont ri. Beaucoup.

Alors, que faut-il en déduire ? Si le covfefe n’est pas une erreur de frappe, de quoi s’agit-il ? D’un code secret ? Pourquoi ne pas s’être contenté d’un simple : « Le président des États-Unis a fait une faute de frappe » ?

Covfefe : troll ou culte de la personnalité ?

En répondant de la sorte, le porte-parole de la maison blanche voulait-il tous nous troller ? S’agissait-il d’une private joke ? Peut-être faut-il plutôt voir dans cette mauvaise foi manifeste l’expression d’un véritable culte de la personnalité à l’égard de l’occupant du bureau ovale, au point de ne même pas reconnaître publiquement que l’erreur est humaine. Même pour le Président des États-Unis.

Pour rappel, les tweets du président des États-Unis sont encadrés par le Presidential Records Act de 1978, une loi fédérale qui fut adoptée après l’affaire du Watergate. Le texte stipule que tous les Presidential Records doivent être conservés dans les archives de la maison blanche. En supprimant des tweets avant qu’ils puissent être archivés, Donald Trump contreviendrait à cette loi.

Donald Trump, de son côté, s’est fendu d’un deuxième tweet. « Qui peut deviner le véritable sens de « covfefe » ? ? ? »

Covfefe.

Partager sur les réseaux sociaux