L'association de promotion et de défense du logiciel libre interpelle le chef de l’État sur le renouvellement imminent du contrat entre Microsoft et le ministère des Armées. Elle demande à Emmanuel Macron d'y mettre un terme.

Élu président la République, Emmanuel Macron mettra-t-il un terme au contrat liant Microsoft au ministère des Armées ? Alors qu’il revient désormais à l’ex-candidat d’En Marche de fixer la stratégie de la défense nationale, l’association de promotion et de défense du logiciel libre (April) lui demande « solennellement » d’agir afin de rompre les liens entre la firme de Redmond et Balard.

Le communiqué de l’April survient alors que le magazine Marianne a publié le 19 mai un article intitulé « Microsoft : menace sur la sécurité de l’État ». Dans celui-ci, il est révélé que le contrat entre Microsoft et l’armée n’a pas encore été renouvelé pour la période 2017 – 2021. Or, sa prolongation est imminente selon l’hebdomadaire : une signature est attendue le jeudi 25 mai.

Crédits : Epa /Christophe Petit Tesson

Il y a donc une fenêtre de tir inespérée pour se détacher du géant des logiciels. « Ce contrat open bar avec Microsoft n’est qu’une partie émergée de l’iceberg des relations entre Microsoft et l’État français. Espérons que le quinquennat à venir verra la mise en place d’une cure de désintoxication et d’une vraie politique publique en faveur du logiciel libre  », déclare Frédéric Couchet, délégué général de l’April.

Mais le sevrage aux logiciels de Microsoft n’est pas la seule raison qui pousse l’April à interpeller Emmanuel Macron. L’enquête de Marianne pointe également les propos du rapporteur pour la commission des marchés publics de l’État dénonçant la signature du premier accord Open Bar signé en 2009, qui a été renouvelé une première fois en 2013 et qui s’apprête donc à l’être encore une fois.

C’était déjà illégal à l’époque, je ne vois pas pourquoi cela le serait moins aujourd’hui !

« C’était déjà illégal à l’époque, je ne vois pas pourquoi cela le serait moins aujourd’hui ! On m’a demandé de valider la décision politique émanant d’un cabinet, j’ai refusé, mais on ne m’a pas écouté », déclare le rapporteur, qui fait écho aux propos tenus dans l’émission Cash Investigation diffusée en octobre 2016 par le président du groupe d’experts militaires mandaté en 2008 par le ministère pour étudier l’offre Microsoft.

«  Le seul scénario qui était déconseillé a été celui qui in fine a été retenu. Oui, on peut considérer que les recommandations n’ont pas été suivies », déclarait-il.

Windows Acer
CC Microsoft Sweden

Le rapporteur, lui, est beaucoup plus direct dans Marianne : « il n’y avait aucune raison de favoriser Microsoft. Il n’a pas le monopole du traitement de texte… On était dans un délit de favoritisme, ce contrat aurait dû passer par une procédure de marché public, ça relève du pénal. Ce contrat aurait dû finir devant un tribunal, mais personne n’a osé ».

Au-delà du fait que Microsoft commercialise des logiciels propriétaires, c’est-à-dire dont le code source ne peut pas être inspecté pour s’assurer qu’il n’y a pas de problème, il est effectivement problématique qu’un ministère aussi sensible que celui qui a la charge de la défense nationale ne fasse pratiquement appel qu’à un seul éditeur et, a fortiori, que celui-ci soit un groupe étranger.

À lire sur Numerama : L’Union européenne et l’épineux problème de la dépendance aux logiciels Microsoft

Partager sur les réseaux sociaux