Donald Trump a effacé toutes les archives de son site personnel antérieures à son élection à la tête des États-Unis. Ce travail de suppression surprend toutefois par son amateurisme. Les contenus en question restent accessibles grâce à Internet Archive, ce qui permet de confronter les actions entreprises par Trump à ses promesses de candidat.

Mise à jour du jeudi 11 mai 2017 : Les URL des archives ne sont plus disponibles depuis la mise en ligne de la nouvelle version du site de Donald Trump, qui fait bien volontairement l’impasse sur toutes les archives antérieures à l’année 2017.

Donald Trump est le premier à crier aux « fake news » contre les journalistes lorsqu’ils ont le malheur de présenter des faits d’actualité qui ne vont pas dans son sens. Il a en revanche moins de scrupules à effacer d’un bloc toutes les archives de son site personnel antérieures à son élection alors qu’elles contenaient ses promesses phares de campagne.

C’est ce qu’a constaté Matthew Yglesias, journaliste américain, ce lundi 8 mai sur Twitter. Désormais, la page « News » du site DonaldJTrump.com ne contient que des articles datant de janvier 2017 au minimum, date à laquelle Trump est entré en fonction.

Le Muslim Ban concerné au premier plan

Jusqu’alors, le site officiel de Donald Trump contenait — au moins jusqu’au 28 avril dernier — toutes les archives des communiqués de presse publiés par ses soins depuis mars 2015 , soit trois mois avant sa déclaration de candidature à la présidentielle. Il est désormais épuré de ces articles qui retraçaient son parcours jusqu’à son élection à la tête des États-Unis en novembre 2016 et permettaient surtout de pouvoir confronter le président élu, connu pour ses approximations et ses accommodements avec les faits, avec ses déclarations antérieures sur certains sujets importants.

C’est le cas notamment de son décret controversé, connu sous le nom de Muslim Ban, qui interdisait aux Yéménites, Iraniens, Libyens, Somaliens, Soudanais et Irakiens toute entrée aux États-Unis pour 90 jours (et jusqu’à nouvel ordre pour les Syriens). En ce début d’année 2017, l’administration de Donald Trump se défendait de cibler spécifiquement des voyageurs musulmans. Pourtant, les propos tenus par Trump dans sa « déclaration sur les moyens d’empêcher l’immigration musulmane » à l’époque où il était encore candidat laissent peu de doutes sur l’objet de ce décret.

Ce communiqué du 7 décembre 2015 affirmait notamment :  « Donald J. Trump demande un arrêt total et complet de l’entrée de musulmans dans le pays jusqu’à ce que nos élus puissent tirer les choses au clair sur la situation. »

Désormais, le communiqué en question n’est plus visible sur la page d’archive, entièrement vierge de contenu : le classement par mois de publication a ainsi disparu, tandis que les seuls liens encore accessibles (« déclarations », « annonces », « soutiens »…) redirigent eux aussi vers une page sans texte.

Les archives de Trump avant leur suppression

Un contenu accessible grâce à Internet Archive et au cache de Google

Ce travail a été mal fait puisque les URL des articles concernés sont encore en ligne : au lieu d’effacer directement ces archives, son équipe s’est visiblement contentée de supprimer le contenu de ces pages. Ainsi, taper l’adresse de sa déclaration au sujet de l’immigration musulmane amène bien sur la page concernée (au lieu de rediriger vers une erreur 404), vierge de tout contenu. Faut-il y voir un travail bâclé ou un choix assumé pour pouvoir jouer la carte du bug technique en affirmant que les archives sont techniquement encore en ligne mais qu’un problème empêche d’afficher leur contenu ?

trump archives
Les archives de Trump depuis leur suppression

Quoi qu’il en soit, le contenu de ces pages reste accessible de deux manières : soit en utilisant la très pratique Internet Archive, qui conserve une copie des pages supprimées du web, soit en recourant au cache de Google. On peut ainsi trouver la déclaration de Trump du 1er novembre 2016, dans laquelle il affirmait : « Lorsque nous gagnerons le 8 novembre et élirons un Congrès républicain, nous pourrons supprimer et remplacer immédiatement l’Obamacare. Je demanderai au Congrès de convoquer une session spéciale. » Si Trump a fait un premier pas important vers sa suppression la semaine dernière, celle-ci est pourtant encore loin d’être actée.

Cette suppression soudaine d’une telle quantité de contenu prouve en tout cas que l’Internet Archive a été bien inspiré de lancer, en novembre 2016, une campagne de financement pour dupliquer sa base de données au Canada, de peur que l’administration de Donald Trump ne porte atteinte à son colossal travail d’archivage du web en supprimant des contenus qui la dérangent.

Le président américain est un habitué de ce genre de pratique, au point que Russ Rick, spécialiste des archives du web, consacre une rubrique dédiée, sur son site Memory Hole, au contenu effacé par Trump, principalement constitué de tweets vite supprimés.

À lire sur Numerama : Trump et Twitter  : quel bilan après 100 jours de mandat  ?

Partager sur les réseaux sociaux