Des utilisateurs de 4chan viennent de publier 9 Go de documents et emails qui appartiennent à l'entourage du candidat Macron. 24 heures avant le vote, cette publication semble être une volonté de déstabiliser plus que de révéler.

Mise à jour : En Marche a diffusé un communiqué de presse confirmant l’authenticité des documents. Le parti a condamné le timing de cette publication visant à déstabiliser le processus électoral et a affirmé que les documents ont été complétés par des faux, au milieu de documents légaux qui «  traduisent le fonctionnement normal d’une campagne présidentielle   ».

«  Nous appelons les médias désireux de rendre compte de cette opération à prendre leurs responsabilités en conscience. Il ne s’agit en effet pas d’une simple opération de piratage mais bel et bien d’une tentative de déstabiliser l’élection présidentielle française. Il importe par conséquent de prendre en considération la nature des documents fuités, de bien prendre conscience de ce qu’une grande partie d’entre eux sont purement et simplement des faux et l’opportunité de l’écho à donner à cette opération de déstabilisation.

Nous prendrons toutes les initiatives nécessaires auprès des acteurs publics et privés pour faire la clarté sur cette opération inédite dans une campagne électorale française. »

Article original : Emmanuel Macron et En Marche se savaient la cible de hackers depuis longtemps. Si ces allégations ont été prises à la légère, elles semblent, ce soir, se confirmer : depuis 23 heures, heure de Paris, quelque 9 Go de données personnelles appartenant à l’entourage politique d’Emmanuel Macron ont fait surface et ont été rapidement relayées par Wikileaks. Elles proviendraient, à première vue, du forum anonyme 4chan.

Nous avons téléchargé les documents et, même s’il est impossible pour nous de tous les parcourir en un temps record, il ne fait que peu de doute qu’il s’agit de documents réels, contrairement aux nombreux fakes qui tournent et qui ont été relayés par le Front National ces derniers jours. Un communiqué officiel d’En Marche a confirmé l’authenticité de ces documents tout en affirmant que des faux documents se glissaient dans l’ensemble. On y trouve pêle-mèle ce qui semble être le contenu d’un disque dur et plusieurs mails de collaborateurs et responsables politiques d’En Marche. Il faudra du temps pour passer au crible, mais à première vue, il s’agit de documents tout à fait banals.

On y trouve des notes de synthèse, des factures, des emprunts dont les montants sont loin d’être délirants, des recommandations et autres réservations, au milieu, bien entendu, d’échanges strictement personnels et privés — notes personnelles sur la pluie et le beau temps, mail de confirmation pour l’édition d’un roman, réservation d’une table entre amis etc..

Certains documents, notamment ceux présents sous la forme d’archive et de dossiers, ne semblent pas avoir le moindre lien avec Emmanuel Macron : ils peuvent avoir été volés sur un espace appartenant à l’un de ses proches et n’ont donc pas forcément de rapport avec le candidat. Il est possible également que des faux se glissent au milieu de cette montagne de documents qui ont plus ou moins d’intérêt.

Déstabiliser au lieu de révéler

La question du timing est, elle, très parlante et ressemble plus à de la déstabilisation qu’une volonté de révéler quoi que ce soit. En effet, les médias nationaux n’auront plus le droit, à partir de ce soir minuit, de parler de la campagne — tout comme les candidats, qui doivent respecter un silence avant que les Français se déplacent aux urnes. Un climat idéal pour faire du bruit sans la possibilité pour les intéressés et les journalistes de s’y intéresser véritablement.

Cela semble particulièrement difficile de penser qu’il y aura des documents compromettant dans ces échanges

De même, cela semble particulièrement difficile de penser qu’il y aura des documents compromettant dans ces échanges. Si cela avait été le cas, les leakers n’auraient pas attendu aussi longtemps avant de les sortir : ils auraient fait tout leur possible pour remettre dans les mains de la presse ou de l’opposition des preuves accablantes contre leur cible. Même Wikileaks estime qu’il sera difficile de sortir quoi que ce soit avant le vote et que cela ne devrait pas servir à grand chose pour l’influencer d’une quelconque manière.

Partager sur les réseaux sociaux